PCI DSS : l’externalisation est-elle une solution ?

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

[Tribune rédigée en collaboration avec Timoléon Tilmant et Ali Fawaz]

Les cartes de paiement ont envahi notre quotidien, que ce soit pour les achats en magasin comme pour la vente à distance en particulier via internet Pour autant, cette généralisation de l’utilisation de la carte de paiement a entrainé une augmentation du montant total de la fraude de 9,8% par an en moyenne, pour atteindre 342,3M€ en 2009*. Les grands émetteurs de cartes comme Visa et Mastercard  se devaient de réagir et de proposer de nouvelles mesures de sécurité.

PCI DSS, un standard de sécurité exigeant…

Pour contrer cette augmentation des fraudes, les acteurs majeurs des cartes de paiement ont défini le standard de sécurisation PCI DSS, dont les objectifs sont les suivants :

  • Réduire les risques de fuite de données bancaires en renforçant et uniformisant à l’échelle mondiale leur sécurisation
  • En cas de fraude, déplacer les responsabilités des sociétés de cartes de paiement vers les garants de la certification PCI DSS (banques et sociétés d’audit)

Le standard adresse 12 thèmes classiques de la sécurité. Mais il est particulièrement exigeant ! Toutes les règles doivent être appliquées et elles sont précises. Durcissement des serveurs, revue quotidienne des logs, détection des points d’accès wifi pirates, sont autant de chantiers complexes à adresser dans le cadre d’une mise en conformité. D’autant plus que leur application est contrôlée à travers des audits annuels pour les sociétés réalisant plusieurs millions de transactions par an.

Quelle stratégie de mise en conformité ?

Au vu de cette complexité, notre recommandation est d’initier tout projet de mise en conformité PCI DSS par la réduction du périmètre d’application du standard. Pour cela, plusieurs méthodes se détachent :

  • Aligner le périmètre applicatif avec les besoins métiers réels. Cet exercice  consiste à supprimer les données de cartes bancaires partout où leur présence n’est pas justifiée par un besoin métier réel.
  • Désensibiliser les données de cartes bancaires. Il est possible de remplacer les données bancaires par une donnée non exploitable en cas de fraude –  troncature, hash, ou identifiant unique (token) – différente de la donnée bancaire. Des éditeurs se positionnent sur la fourniture de solutions de désensibilisation.

Cette étape effectuée, le périmètre d’application du standard PCI DSS se résume alors aux applications restantes et aux services d’infrastructures sous-jacents (réseau, postes de travail concernés, sauvegardes, base d’identifiants uniques…). C’est a priori sur ce périmètre que s’appliqueront donc les exigences de PCI DSS.

Sauf si…  la réduction de périmètre se poursuit à travers l’externalisation de ces ressources applicatives. Et cette externalisation pourrait même servir à améliorer les services offerts…

L’externalisation : une solution à PCI DSS ?

Historiquement implantés dans beaucoup d’entreprises pour assurer un rôle d’intermédiaire avec les banques, les PSP (Payement Service Providers) peuvent jouer un rôle majeur dans une stratégie de mise en conformité, dans la mesure où toutes leurs offres sont proposées en standard sur des environnements entièrement certifiés PCI DSS.

En particulier, les PSP sont aujourd’hui en mesure de proposer l’externalisation de tous les composants de la chaîne de liaison paiement par internet ou par téléphone : collecte des données, demandes d’autorisation et de paiement, contrôles anti-fraude avancés…

Et l’externalisation peut aller encore plus loin ! Les PSP proposent dorénavant des tables de correspondance « tokenizer » facilitant la désensibilisation des données carte de paiement. Lors de la collecte de données, un identifiant unique, personnalisable, est renvoyé à l’entreprise et peut donc circuler dans le SI sans aucune contrainte vis-à-vis de la norme PCI DSS.

L’externalisation permet ainsi de réduire de manière conséquente le périmètre applicatif, mais attention… ce n’est pas la solution ultime pour être conforme à PCI DSS.  Certaines populations conservent souvent le besoin d’accéder au numéro de carte depuis leur poste de travail, pour des raisons réglementaires, entre autres. Nous pouvons par exemple citer les services de lutte anti-fraude ou les téléconseillers, dont les terminaux devront sans doute rester dans le périmètre PCI DSS. Il est donc difficile de penser qu’aucun composant du SI ne manipulera de données cartes surtout dans une grande entreprise.

Mais bien plus qu’un simple levier de mise en conformité PCI DSS, un projet d’externalisation peut devenir stratégique pour l’entreprise en lui permettant de développer de nouveaux moyens de paiements (ex : cartes cadeaux), de nouveaux marchés internationaux (facilités de connexions aux acquéreurs étrangers) ou de nouvelles fonctionnalités (ex : paiement one-click sans renseignement des données CB). Le recours à ces acteurs peut aider à la conformité mais aussi faciliter de nouveaux usages.

*Ces statistiques sont issues du rapport d’activité annuel 2009 de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement publié en Juillet 2010