Windows 8 : des évolutions sécurité à court terme, une révolution à long terme ?

Cloud & Next-Gen IT Security

Publié le

Un mois après la sortie de la Consumer Preview de Windows 8, les premiers retours semblent indiquer un véritable renouveau de l’expérience utilisateur, notamment grâce à l’interface Metro.

Qu’en est-il des aspects sécurité de la dernière mouture de l’OS ?

Les deux versions précédentes (Vista et Windows 7) avaient fait l’objet d’une communication sécurité appuyée.

Windows 8 ne déroge pas à la règle, et de nombreux détails sont d’ores et déjà connus : Microsoft annonce plusieurs évolutions substantielles des outils de protection, mais ce n’est pas là que se trouve la vraie révolution qui se prépare.

Des évolutions et de nouvelles fonctions de sécurité

Tout d’abord, les mécanismes existants sont presque tous améliorés (chiffrement BitLocker, contrôle des logiciels AppLocker, ainsi que l’ASLR qui charge le système dans des zones mémoire aléatoires pour éviter les attaques). L’antimalware Windows Defender sera capable de détecter de nouveaux types de logiciels malveillants, et le navigateur Internet Explorer 10 gagnera en robustesse.

Ces annonces ne changeront pas à elles seules le paysage sécuritaire de Windows. Une fonction faisant son apparition méritera tout de même une attention particulière : Windows-to-Go.

Elle permettra d’utiliser une version portative du poste de travail Windows 8 de l’entreprise, sur clé USB. Les opportunités d’usage sont multiples : fourniture d’un « poste virtuel » entreprise aux prestataires à moindre coût, tests applicatifs, clés prêtes à l’usage en cas de déclenchement d’un plan de continuité informatique… Il s’agit même d’une réponse possible aux problématiques de BYOD.

Malgré ces évolutions, les cellules de veille et de gestion de la sécurité, ainsi que les éditeurs de solutions ont encore de beaux jours devant eux : les failles de sécurité ne disparaîtront pas par magie à court terme !

Un renouveau par les fondamentaux

La base de l’OS a cependant pris un tournant significatif vers une sécurité plus moderne.

Si l’on peut se féliciter des améliorations apportées aux fonctions de sécurité, il faut reconnaître que d’autres changements touchant au fonctionnement-même de Windows, vont être les porteurs d’une sécurité « by design », moins monolithique, et intégrée au cœur du système.

Windows 8 adopte en effet une approche qui rappelle celles des principales plates-formes mobiles du moment :

  • L’utilisation d’un « magasin » d’applications vérifiées, qui va tendre à assainir l’écosystème Windows, en tentant de trouver un équilibre entre contrôle des applications et liberté d’installation.
  • Une  isolation inter-applicative permettant d’éviter qu’un programme malveillant en contamine un autre.
  • Le Secure Boot, mécanisme n’autorisant Windows à se lancer que si la séquence de démarrage est vérifiée comme étant  intègre, offre une piste de réponse aux rootkits (ces virus furtifs qui s’installent dans les couches basses du système, et qui ont causé des dégâts dans plusieurs grandes sociétés ces dernières années). Windows 8 abandonne par ailleurs l’utilisation du BIOS historique, pour son successeur, l’UEFI.

C’est ici que se joue le futur de la sécurité de l’OS. Microsoft tente ainsi de se mettre à la page, y compris dans le monde de la mobilité après le démarrage poussif de Windows Phone 7.

La disponibilité de Windows 8 sur les PC et tablettes (peut-être les smartphones ?) sera donc un argument de poids, en particulier pour les entreprises souhaitant éviter une trop grande fragmentation de leur parc, et donc de leur sécurité.

Reste un obstacle de taille : la rétrocompatibilité. Même si Microsoft fait des efforts importants dans ce domaine, il faudra a minima des années pour que le parc, matériel mais surtout applicatif (en particulier les applications métier) s’adapte à ce modèle de sécurité, qui est donc plutôt une cible à long terme.

En attendant la sortie du système à l’automne, il est déjà possible de le tester facilement, par exemple sur une machine virtuelle, et se faire son avis sur les avancées et les opportunités à venir !