BYOD : la sécurité n’est plus un frein !

Cloud & Next-Gen IT Security

Publié le

Les questions de sécurité sont parmi les premières abordées lorsque la question du BYOD est évoquée. Pourtant, un certain nombre de solutions existent et permettent de mettre les risques sous contrôle.

Quels sont les risques induits par le BYOD ?

 Les risques techniques induits par le BYOD sont en grande partie des risques déjà existants pour la majorité des systèmes mobiles.
On peut en distinguer trois types :

  • Les risques de perte ou de vol des données de l’entreprise stockées sur les terminaux eux-mêmes.
  • Les risques de capture ou de modification de données sur les réseaux auxquels ils se connectent.
  • Les risques pesant sur le SI lui-même : il pourrait subir différentes attaques amenant à une infection virale, une perte ou un vol de données, voire une coupure de service.

 La nouveauté réside ici dans le fait que les terminaux sont personnels, et font donc l’objet d’usages qui amplifient les risques : applications personnelles, configurations non maîtrisées par l’entreprise, utilisation en dehors du travail…

 Il apparaît donc nécessaire de trouver des solutions acceptables pour gérer et sécuriser ces usages.

Dans le cas du BYOD, l’ergonomie est aussi un critère de réussite majeur qui ne peut pas être négligé dans le choix de la solution à mettre en œuvre.

 L’approche sécuritaire : ne rien stocker !

Les solutions de déport d’écran permettent à tout type de terminal (ordinateur, tablette, smartphone…) de se connecter à un environnement maîtrisé par l’entreprise. Aucune donnée n’est stockée sur le terminal et les utilisateurs disposent d’un environnement adapté à leurs tâches professionnelles. Ces solutions nécessitent la mise en place d’une infrastructure assez lourde et requièrent une connexion internet rapide pour fonctionner. Leur ergonomie est très dépendante du terminal à partir duquel on se connecte. Les applications de type web sont également une alternative évitant le stockage de données sur le terminal. Accessibles à l’aide d’un navigateur à travers n’importe quelle connexion internet, elles ont l’avantage de ne pas nécessiter d’installation.

 Cependant, elles offrent une expérience utilisateur limitée à certains usages très spécifiques et ne sont pas adaptées aux terminaux de taille réduite comme les smartphones.

 L’approche pragmatique : sécuriser les usages en contrôlant l’ensemble du terminal…

Il s’agit de fournir des solutions permettant de sécuriser les terminaux sans interdire d’y stocker des données professionnelles. Elle se décline en deux types de méthodes techniques.

La première méthode est de maîtriser l’intégralité du terminal, à l’aide d’outils de gestion de flotte (aussi appelés outils de MDM – Mobile Device Management). Ces outils s’apparentent aux solutions de gestion de parc, largement présentes en entreprise pour les postes de travail. Même si le niveau de sécurité de ces solutions dépend fortement du type de terminal, elles sont aujourd’hui industrialisées.

 Elles ne marquent cependant pas de réelle séparation entre les usages (données) personnels et professionnels. Les restrictions de sécurité étant appliquées indifféremment sur l’ensemble du terminal, elles sont perçues par les utilisateurs comme une contrainte imposée dans leur sphère personnelle. À ce titre, elles répondent peu aux problématiques du BYOD.

 …ou en se concentrant sur la partie qui concerne l’entreprise

L’autre méthode de sécurisation des terminaux est plus innovante. Il s’agit d’isoler les données professionnelles des autres données sur le terminal, au sein d’un « silo », qui prend la forme d’une application ou d’un espace dédié. L’entreprise peut ainsi imposer des critères de sécurité adaptés sur ces données – et uniquement sur elles : mot de passe obligatoire, chiffrement des données, etc.

L’utilisateur n’est soumis à ces contraintes que dans le cadre de l’utilisation professionnelle, l’usage du terminal étant tout à fait libre par ailleurs. Ce type de solution a l’avantage d’être relativement indépendant du type de terminal sur lequel on l’installe : le niveau de sécurité est ainsi homogène même sur une flotte hétérogène.

 D’autres bonnes pratiques facilitent le BYOD

 Quelle que soit l’orientation retenue, un certain nombre de bonnes pratiques pour la sécurité des infrastructures restent de mise : le contrôle d’accès et de conformité au réseau (NAC), la gestion des traces (par exemple pour les accès internet réalisés avec les terminaux), ou encore l’utilisation d’un wifi dédié lorsque les collaborateurs sont dans les locaux.

Ces infrastructures, si elles ne permettent pas directement la mise en place du BYOD, sont en tout cas des éléments facilitateurs à son adoption et son extension.