Le marché de l’IAM s’est-il enfin libéré de son carcan IT ?

Digital Identity Métiers - Stratégie & projets IT

Publié le

[Article rédigé en collaboration avec Patrick Marache ]

Long, cher, compliqué : trois qualificatifs qui façonnent encore l’imaginaire autour de l’IAM. Si l’écart entre les ambitions des projets et les moyens alloués est certainement le premier facteur de cette désillusion, les difficultés historiques du marché à répondre aux nouvelles exigences exprimées par les métiers sont également à incriminer.          

Les dernières évolutions des acteurs leaders du marché, comme l’apparition de challengers innovants, bousculent ces idées reçues et créent une nouvelle dynamique.

Un marché historique tiré par des besoins IT mais peu adapté aux utilisateurs métiers

Gérer ses identités, prendre en compte les mouvements, donner des habilitations a minima, contrôler les droits d’accès aux ressources de l’entreprise… ces attentes ne sont pas une nouveauté.

Pour  y répondre, les outils historiques ont été conçus, sous l’influence des directions IT, pour optimiser les tâches récurrentes à faible valeur ajoutée. Ils se caractérisent donc par des capacités riches d’interfaçage avec les ressources existantes dans le SI, sans velléité particulière d’offrir des interfaces aux utilisateurs finaux, et souvent au prix d’un effort d’intégration important. Aussi, l’effet de volume de comptes traités est indispensable pour rechercher un équilibre économique.

Sous l’impulsion des métiers, ce paradigme a été fortement bousculé. En effet, les enjeux visés sont radicalement différents. En premier lieu, redonner aux managers – et aux responsables des données sensibles – la maîtrise de la gestion des habilitations. En deuxième lieu, respecter et donner des preuves du respect des cadres réglementaires. Enfin, s’inscrire dans une démarche valorisante de maîtrise des risques, c’est-à-dire se focaliser sur les identités et les accès sensibles et prendre en compte les exigences du contrôle interne ou de l’inspection générale.

Face aux attentes des métiers, le marché de l’IAM  s’adapte à marche forcée

Au-delà de l’effet marketing, l’apparition du terme IAG (Identity & Access Governance) symbolise à lui seul les faiblesses de la réponse du marché – et son obligation à évoluer.

Pour faire face à ce mouvement, les acteurs historiques ont bien naturellement étoffé leurs offres, au moyen de rachats ou de développements internes. Et si certains acteurs proposent aujourd’hui des solutions cohérentes, les résultats sont très contrastés voire parfois même peu convaincants. Comme s’ils avaient appliqué une surcouche sur une base non adaptée…

En parallèle, de nouveaux acteurs challengers se positionnent en misant principalement sur la simplicité et l’ergonomie : des moteurs de workflow souples, pouvant s’adapter aux différentes organisations d’un client ; des interfaces plus ergonomiques, inspirées par exemple du e-commerce (avec panier, moteur de recherche) ; des tableaux de bord adaptés à l’utilisateur connecté (suivi des demandes, des approbations…).
Ces solutions permettent généralement de travailler plus rapidement et plus étroitement avec les métiers. Elles peuvent nécessiter moins d’effort d’intégration mais demandent une réelle expertise fonctionnelle et technique des fonctionnalités et concepts mis en œuvre. Par ailleurs, leur portefeuille de connecteurs est souvent moins riche, mais est-ce une réelle limitation dans la pratique ?

Enfin, des acteurs de niche apportent des réponses justes et innovantes aux points de faiblesse des solutions historiques : « Gouvernance, Risque, Conformité » est leur crédo préféré. Pour ce faire, ils proposent des solutions peu intrusives sur le SI et à la mise en œuvre rapide.
Ils incarnent naturellement de réels leviers d’amélioration pour les organisations ayant déjà déployé une solution historique sans atteindre pleinement leurs ambitions initiales.
Mais ils offrent aussi de nouvelles approches projet en s’appuyant sur les droits effectifs sur le SI. En réalisant une photo consolidée du SI, ils permettent à moindre frais d’identifier les comptes présents (actifs, inactifs, orphelins…), les droits assignés, les risques liés aux droits incompatibles accumulés par certains utilisateurs…
Cette approche peut entraîner la prise de conscience nécessaire au déclenchement d’un projet IAM plus vaste.

 

Le marché de l’IAM se transforme

Les enjeux de demain : embrasser pleinement les attentes des métiers tout en contribuant à la transformation de l’IT

Les métiers se sont appropriés les enjeux de l’IAM et imposent leurs exigences (interfaces simples, processus calqués sur les organisations, approche par les risques…).
Demain, il faudra embrasser pleinement leurs attentes en offrant des solutions simples, rapides d’évolution et ergonomiques. Mais aussi des solutions riches fonctionnellement : re-certification, profiling, aide à la détection de fraude, implémentation des règles de contrôles avancées…

Ces enjeux cruciaux ne doivent cependant pas masquer la contribution nécessaire de l’IAM à la transformation de l’IT : la consumérisation des identités, l’authentification basée sur les risques (risk-based authentication), la prise en compte du Cloud dans l’authentification sans couture ou encore l’émergence de l’IdM-as-a-service.

Un équilibre subtil à trouver, propice à l’émergence de nouveaux leaders ?