Un antivirus sur votre PC entreprise en 2013 ? Pour quoi faire ?

Cloud & Next-Gen IT Security

Publié le

Voilà plusieurs années qu’aucune épidémie virale majeure n’a eu lieu. À  l’heure des attaques ciblées, des dénis de service ou encore des piratages complexes de réseaux industriels, de plus en plus de voix  remettent en cause la pertinence de disposer d’un antivirus sur le poste de travail.

Certes, les attaques évoluent, exploitant de plus en plus des vulnérabilités non dévoilées (type 0-days), ou faisant appel à des méthodes de phishing avancées contre lesquels les antivirus paraissent bien impuissants.

Même s’ils sont aujourd’hui loin d’être suffisants, leur utilité est pourtant toujours réelle.

 De l’antivirus au client unique de sécurité, les éditeurs ont fait évoluer leur offre

L’outil désigné par « antivirus » couvre en fait, dans la majorité des cas, plusieurs fonctions : antivirus (et de manière plus générale, antimalware), mais aussi pare-feu personnel, Host IPS (HIPS), outil de contrôle des ports USB…

C’est ce que l’on appelle le « client unique de sécurité » sur le poste de travail.

Il constitue aujourd’hui un rempart évident contre les infections, en particulier celles qui sont involontaires (clé USB infectée) ou récurrentes (virus anciens qui réapparaissent ponctuellement).

L’expérience des nombreux audits menés par Solucom montre qu’il protège parfois aussi contre des attaques plus complexes. Il peut par exemple détecter l’ exploitation d’une vulnérabilité pour laquelle le système n’aurait pas reçu le correctif, de type Conficker.

Il suffit d’ailleurs de se connecter à une console antivirus d’entreprise pour s’en convaincre : les détections/suppressions de virus sont encore nombreuses et régulières. En particulier, on constate souvent un pic lors des fameux scans hebdomadaires, souvent décriés par les utilisateurs pour les ralentissements qu’ils provoquent sur les postes (et leur manque d’efficacité supposé).

Plusieurs initiatives de grands comptes visant à diminuer leur fréquence ont d’ailleurs vu le jour.Elles n’ont jamais abouti, tant ces scans paraissent aujourd’hui encore  nécessaires – ne serait-ce que dans un rôle de « voiture-balai » afin de nettoyer le résidu récurrent de logiciels malveillants en tout genre. En revanche, une approche réaliste pour réduire le temps de scan est possible : réaliser un scan différentiel. Seuls les fichiers modifiés par rapport à la semaine précédente sont scannés.

 Le futur des antivirus est… dans le Cloud !

 Pour autant, les limites des antivirus ne font que s’affirmer depuis des années :

  •  Les malwares sont de plus en plus complexes, leurs variantes innombrables, et même les éditeurs les plus réactifs ne sont plus capables de suivre la cadence.
  • Dans les meilleurs cas, les définitions virales sont mises à jour quotidiennement sur les postes de travail : c’est déjà trop au vu des vitesses de propagation.

Un problème d’historique apparaît également : comment cumuler toutes les définitions de virus anciens et nouveaux, sans que la taille des fichiers contenant ces définitions n’explose, ralentissant encore le poste de travail, tout en nécessitant de plus en plus de temps à déployer ?

Les éditeurs d’antivirus commencent à proposer une réponse à ces problématiques, à travers le Cloud. Plutôt que de scanner un fichier sur le poste de travail, il s’agit d’en faire un hash (empreinte unique pour chaque fichier), qui est envoyé sur un serveur de l’éditeur, dans le Cloud. Il est alors comparé à une base de données mondiale, et peut même faire l’objet d’une note de « réputation » selon sa probabilité d’être ou non malveillant. L’information est alors renvoyée à l’antivirus sur le PC, qui prend les actions nécessaires le cas échéant.

Cette méthode prometteuse a toutefois ses contraintes : la nécessité d’une connexion internet, de qualité et le manque de maîtrise de la réaction de l’antivirus en cas de faux positif.

 Des changements de plateforme structurants

 Un dernier élément vient s’ajouter à la question de l’évolution des antivirus : il s’agit de l’évolution des systèmes d’exploitation eux-mêmes.

Les OS modernes intègrent en effet un certain nombre de mécanismes de sécurité natifs, qui rendent les attaques plus difficiles : isolement inter-applicatif, applications et drivers signés, mécanismes de cryptographie…

 Les deux principales plateformes mobiles en sont un bon exemple : tandis que l’efficacité des rares antivirus reste à démontrer sur Android, ils sont tout simplement interdits par Apple sur iOS. Pourtant, à part quelques vulnérabilités médiatisées, les cas d’infection dans le cadre d’une utilisation normale sont anecdotiques.

Ceci reste cependant à nuancer : les attaquants évaluent au final les coûts/bénéfices de chaque type d’attaque. Lorsque le développement de virus sur smartphone sera plus lucratif que l’exploitation d’une faille de navigateur Web, il deviendra sans doute à la mode…

Le cas de Windows 8 est encore différent : s’il dispose d’un environnement « nouvelle génération » avec les applications du Windows Store, il propose une rétrocompatibilité avec les programmes plus anciens… y compris malveillants.

N’enterrez donc pas tout de suite votre antivirus, il pourrait encore vous servir pendant des années !