Sécurité et Cloud, un mariage de raison

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

Lorsque l’on parle de cloud computing, les questions de sécurité s’invitent rapidement dans la conversation. Mes services seront-ils disponibles ? Où et comment vont être stockées mes données ? Avec quel niveau de contrôle ? Les risques mis en avant sont cependant à remettre en perspective.

Des craintes à relativiser

Disponibilité du Cloud

Chaque incident touchant l’un des grands acteurs du Cloud fait la « Une » de l’actualité, mettant sur le devant de la scène la question de sa disponibilité.

Il s’agit pourtant d’un faux problème : les taux de disponibilité des services Cloud sont souvent  supérieurs à ceux des systèmes internes des entreprises. La situation, d’un point de vue médiatique, est comparable à celle des accidents aériens : bien que rares, ils choquent l’opinion et intéressent les journalistes beaucoup plus que les accidents de voiture, qui font pourtant annuellement plus de victimes. La disponibilité n’est donc pas un risque inhérent au Cloud. Il reste néanmoins une spécificité à laquelle il faut prêter attention : la connectivité avec le fournisseur Cloud. Si celui-ci utilise internet comme unique moyen d’accès à ses datacenters, le risque d’indisponibilité de cet accès et d’internet en tant que tel doit être pris en compte.

 Confidentialité des données

Mes données sont-elles isolées de celles des autres clients ? Les administrateurs peuvent-ils y accéder ? Il est important de remettre ces craintes en perspective. D’une part, toutes les données de l’entreprise ne sont pas critiques en termes de confidentialité. D’autre part, si ces questions se justifient dans certains cas, elles ne sont pas nouvelles et ont trouvé leurs réponses il y a déjà plusieurs années, à l’heure des premiers contrats d’externalisation IT ou de l’emploi d’administrateurs prestataires. Les principales différences résident dans l’éloignement potentiel et le degré de contrôle possible du fournisseur.

La confidentialité des données vis-à-vis des Etats reste un sujet plus complexe à adresser. Ces derniers disposent en effet de textes leur permettant d’accéder aux données présentes dans les systèmes hébergés sur leur sol. Les USA font souvent figure d’épouvantail, leurs textes ayant en plus une portée extraterritoriale (Patriot Act, FISAA). Ces textes permettent à la justice et aux forces de l’ordre américaines d’accéder aux données manipulées par des sociétés de droit américain quel que soit le client et la localisation des données. Le risque est donc que des Etats aient accès aux données dans un objectif d’espionnage économique. Ce risque est réel comme l’illustrent les révélations sur les moyens dont dispose la NSA. Mais là encore, la portée du risque est à mesurer. Seules quelques données ont un niveau de sensibilité élevé : étatiques (administrations, défense, etc.), stratégiques pour l’entreprise dans un environnement à forts enjeux concurrentiels, géopolitiques, etc.

 Conformité réglementaire

La conformité réglementaire (PCI-DSS, LIL…) des offres Cloud, notamment en matière de protection des données à caractère personnel est également un sujet d’inquiétude. La situation reste très variable en fonction des acteurs, même si des réponses techniques (localisation des données, chiffrement…) ou juridiques (Safe Harbour, contrat type de la commission européenne…) existent aujourd’hui chez la plupart d’entre eux.

… car la sécurité est au cœur de la préoccupation des fournisseurs

Très visibles et régulièrement attaqués, les fournisseurs majeurs de Cloud mettent souvent en place des équipes dédiées pour assurer la sécurité de leurs services. La sécurité est même devenue pour certains d’entre eux l’un  des principaux arguments de vente.

Attention cependant : tous n’assurent pas le même niveau de sécurité. Il reste donc important de préciser avec le fournisseur les mesures incluses dès la signature du contrat, d’autant qu’il est difficile de faire évoluer les mécanismes de sécurité d’un fournisseur quand ceux-ci ne sont pas prévus initialement. Certains fournisseurs de solutions « SaaS métier » de taille petite et intermédiaire négligent parfois la sécurité : les audits et tests d’intrusion ont pour ce type d’offres une importance accrue.

Vers une coresponsabilité fournisseur / entreprise

Analyse de risque : passer de l’intention à l’action

Suivre une démarche d’analyse de risque est impératif pour lever les freins relatifs à l’adoption du Cloud. La finalité de l’analyse n’est pas d’interdire le Cloud par défaut mais plutôt d’identifier les données sensibles afin d’accompagner les projets de la manière la plus sûre et la plus pertinente. L’implication des responsables sécurité dès le démarrage des projets est donc essentielle. Ils doivent identifier les risques que l’on peut réduire par des moyens techniques et organisationnels, et ceux résiduels impossibles à couvrir. Aux Métiers et à la Direction de décider ensuite si ceux-ci sont acceptables ou non pour l’entreprise. Et de revoir si besoin le périmètre de la démarche Cloud.

Des contrôles à ne pas négliger…

Durant le projet ou en amont lors de la phase de choix des fournisseurs, il est recommandé de poser des questions précises sur les mesures de sécurité pour ne pas laisser place à des réponses ambiguës. Par exemple, beaucoup de fournisseurs mettent en avant leurs certifications.

Il convient de vérifier le type de certification et le périmètre concerné. Un certain nombre d’acteurs du Cloud acceptent d’ailleurs de fournir des détails sur l’architecture de leur solution, après signature d’un accord de non-divulgation. La capacité à répondre rapidement et de manière détaillée aux questions permet de se forger un avis sur la maturité de l’offre proposée.

En outre, la possibilité d’auditer le prestataire Cloud est un bonus à ne pas négliger. Accepter un audit est une preuve de transparence du fournisseur et de confiance en son niveau de sécurité. Même si les plus grands acteurs anglo-saxons s’y refusent, il est toujours utile de poser la question, notamment pour des acteurs de taille intermédiaire.

Des référentiels émergents

Un outillage commence à voir le jour pour aider les entreprises à évaluer les risques et le niveau de sécurité inhérent. En France, l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) a publié un guide pour accompagner les démarches de type Cloud computing. Au niveau européen, l’ENISA (European Network and Information Security Agency) fournit une analyse générique mais complète des risques liés au Cloud. Enfin, outre- Atlantique, l’association Cloud Security Alliance, qui regroupe les acteurs majeurs, a mis au point la Cloud Controls Matrix. Cette matrice permet de comparer de nombreux fournisseurs sur des critères de sécurité précis. Bien que fondée sur les seules déclarations desdits fournisseurs, elle peut s’avérer utile pour comparer les offres.

Le chiffrement : graal de la sécurité Cloud ?

Parmi les solutions techniques permettant de réduire les risques du Cloud, le chiffrement se positionne en tête. Et si aujourd’hui son utilisation nécessite souvent de donner les clés de déchiffrement au fournisseur, des innovations technologiques se profilent. Elles permettront de transférer et de traiter des données à distance sans jamais donner au fournisseur d’accès direct. Bien qu’encore expérimentales, ces techniques, rassemblées sous la bannière du chiffrement homomorphique, méritent qu’on les suive avec attention.

Ne pas mettre ses responsabilités dans les nuages

Contrairement à ce que trop d’entreprises pensent, leur responsabilité ne s’arrête pas une fois la solution Cloud mise en production. Si le fournisseur est tenu de respecter un certain nombre

de règles de sécurité, le maintien du niveau de protection dans le temps relève aussi de la  responsabilité de l’entreprise. Pour cela, les bonnes pratiques appliquées au SI d’entreprise doivent être transposées au Cloud : gouvernance de la sécurité (processus, sensibilisation des utilisateurs), administration fonctionnelle de la sécurité, configuration des options de sécurité avancées, restriction des droits requis par les utilisateurs, formation des administrateurs, revue régulière des paramètres de configuration… Ceci est particulièrement vrai pour la gestion des identités et des accès, élément clé pour garantir la confidentialité des données dans le Cloud.