RSSI, communiquez avec ceux qui communiquent !

Cybersécurité et confiance numérique Métiers - Marketing et relation client

Posted on

Alors que  2014 démarre juste, les incidents de sécurité font déjà la Une des journaux. Du vol massif de données clients dont a été victime Target outre-Atlantique aux fuites d’email en Allemagne, il ne se passe pas une semaine sans que la sécurité informatique ne fasse l’actualité.

Cette multiplication d’évènements montre que toutes les organisations peuvent être concernées. Et lorsqu’un incident survient, c’est tout l’écosystème de l’entreprise qui doit être mobilisé pour gérer la crise : clients et collaborateurs, mais aussi fournisseurs, partenaires, presse…

Force est de constater que peu de structure ont déjà mise en place un plan de communication de crise face à un incident lié à la cybercriminalité. Aujourd’hui, le RSSI doit se positionner comme le chef d’orchestre de cette démarche. Quelles sont les cibles prioritaires à inclure ? Quel type de message préparer ? Voici des éléments de réponses issues de nos retours d’expérience.

La direction générale : expliquer, analyser et mobiliser

Les RSSI parlent à leur direction depuis des années ; c’est même une de leurs cibles de prédilection. Mais les messages doivent aujourd’hui changer. Jusqu’alors en effet, le RSSI, essayait d’attirer l’attention sur son sujet, afin d’obtenir des ressources par exemple.

Aujourd’hui, il doit démystifier ce qu’il se passe, donner des clés de lecture sur un sujet qui touche maintenant le grand public. A titre d’illustration, les Echos ont publié depuis juin 2013 156 articles consacrés à Edward Snowden.  Cette abondance d’information peut générer des incompréhensions ou des doutes : en quoi mon entreprise est-elle concernée ? Peut-on se protéger ? Un incident de type Target ou Vodafone est-il envisageable chez nous ? Que fait-on en matière de protection ?  Cette communication devra être claire, synthétique… et transparente. Sans sombrer dans le fatalisme ou au contraire l’excès de confiance, elle mettra  en lumière la réalité des menaces pour l’entreprise et les vulnérabilités qui demandent à être traitées dès aujourd’hui.

Ressources humaines et communication interne : des alliés pour sensibiliser les collaborateurs

Les collaborateurs sont une cible essentielle pour le RSSI. Même si les actions de sensibilisations ne sont pas à 100% efficaces, elles sont nécessaires pour minimiser les risques. Comme dans le cas de la direction générale, le RSSI dispose avec l’actualité récente d’une opportunité de communication sans précédent.

Des messages simples et clairs pourront être adressés à l’ensemble des utilisateurs pour leur rappeler leur devoir vis-à-vis du système d’information. Les ressources humaines et la communication interne apporteront  à ces campagnes leur maîtrise des canaux et des codes internes de communication, propre à chaque entreprise. Pour renforcer l’impact des messages,  n’hésitez pas à faire un parallèle avec les situations de la vie privée que les utilisateurs rencontrent (banque en ligne, réseaux sociaux…), les messages seront mieux assimilés.

Les fonctions SI / métiers critiques : maintenir la vigilance des fonctions les plus ciblées

Les incidents récents montrent clairement qu’aujourd’hui les cybercriminels savent mener des attaques ciblées sur les fonctions sensibles de l’entreprise. Même s’ils sont connus, ces scénarios restent encore très efficaces. Une communication spécifique pour maintenir l’attention de ces populations en éveil est nécessaire. L’utilisation d’exemples concrets sera particulièrement efficace et il en existe de nombreux, des photos de Carla Bruni pour piéger des diplomates  à l’appel téléphonique pour pousser un utilisateur à réaliser des virements frauduleux.

Ces trois premières catégories ne sont pas nouvelles : les RSSI ont l’habitude de travailler avec elles. Leurs messages doivent néanmoins s’adapter.

Surtout, nous assistons à l’émergence de deux nouvelles cibles de communication, à qui les évènements récents ont conféré une forte importance.

La direction de la communication : préparer la crise pour en réduire l’impact auprès du public

La probabilité qu’un incident se produise dans les grandes organisations augmente singulièrement ces derniers temps, avec des cas dans tous les secteurs d’activités et de plus en plus d’occurrence en Europe et en France. Surtout, la conscience que de tels incidents peuvent se produire augmente, rendent les directions de la communication plus réceptives au discours des RSSI.

Une communication rapide, structurée clairement,  est nécessaire  dans des situations de crise. Bien souvent néanmoins, les crises liés à la cybercriminalité ne sont ni connues ni envisagées par les équipes de communication. C’est le bon moment pour le RSSI d’échanger avec ces entités (communication institutionnelle mais aussi de crise) et de les sensibiliser à ce qui pourrait se passer en cas d’attaques.

Quelques réunions de travail, permettront de réfléchir ensemble aux différents temps médiatiques et de définir les postures de base à adopter en cas de phishing (email frauduleux aux clients), de sites web modifié (défacement) ou encore en cas d’interruption de service (Dénis de service DDoS).

Direction de la relation clients : savoir activer les canaux en cas de crise

2014 va rendre cet interlocuteur incontournable pour le RSSI… cette année sera en effet celle du vote du règlement européen sur la protection des données à caractère personnel. Le texte devrait imposer la notification des incidents de sécurité aux clients concernés par un vol de données à partir de 2016.

Il s’agira d’une obligation majeure qui entraînera un changement de posture dans la relation client. Ce changement doit être anticipé dès maintenant. Les retours d’expérience  montrent qu’au-delà du coût important lié à ces notifications (entre 10 et 200 € par client suivant la gravité des fuites de données et les pays concernés), les effets sont réels sur les canaux de communication classique (agences, call-center, site web, réseaux sociaux…) qui peuvent se retrouver dépassés par l’afflux de demandes liés à l’incident. Il faudra donc anticiper ces communications, qu’elles soient requises par la loi ou rendues nécessaires en réponse à la publication par les attaquants des données. Comme avec les directions de la communication, des premières réunions de sensibilisation et de découverte du sujet pourront être organisées. La réalisation de fiches réflexes de communication ou encore d’exercices de crise est un bon moyen d’avancer ensuite.

L’aspect « communication » de la fonction du RSSI ne doit donc pas être négligé. Celle-ci connaît  aujourd’hui une évolution forte, passant d’un rôle de sensibilisation aux bonnes pratiques à une démystification de l’actualité jusqu’à un vrai rôle de communiquant opérationnel lors de gestion des crises.