Normes, standards et réglementations : de réels leviers pour la sécurisation des SI Industriels ?

Manufacturing & Industry 4.0

Publié le

La sécurité des Systèmes d’Information Industriels (SII) n’est pas un problème nouveau et diverses initiatives, provenant d’agences gouvernementales, d’organismes de standardisation ou d’organisations sectorielles, ont eu pour objectif d’établir des documents de référence en la matière.

Une multitude de textes

La liste est longue, c’est pourquoi il conviendra de s’appuyer sur le (ou les) référentiel(s) le(s) plus adapté(s) : secteur, niveau de criticité de son installation. À ce titre, le CLUSIF, par l’intermédiaire du groupe de travail sur la sécurité des systèmes industriels, animé notamment par Solucom, a publié un panorama des référentiels en la matière. Pas moins d’une cinquantaine de documents ont été analysés et des fiches de lecture permettent d’en avoir une vision synthétique. Les documents ont été répertoriés et catégorisés : des plus introductifs aux plus exhaustifs, allant de quelques pages à plus d’un millier, le guide du CLUSIF précise à quels lecteurs ils sont le plus adaptés (filières SSI ou SII, concepteur/intégrateur/mainteneur).

Les objectifs de ces référentiels sont multiples. Ils peuvent être utilisés comme un véritable outil pour réaliser des audits de sites, définir sa stratégie et les actions associées ou plus simplement évaluer son degré d’alignement et de conformité au standard retenu. De tous, l’IEC 62443 est sans doute le référentiel le plus connu du milieu et propose de nombreux guides qui tentent d’adresser l’ensemble des pans de la sécurité de ces SI. L’ISO a également apporté sa pierre à l’édifice avec la récente norme ISO 27019.

Les États publient également des guides nationaux. Au Royaume-Uni, le CPNI (Center for the Protection of National Infrastructure) propose plusieurs guides thématiques autour de la sécurité des SI industriels. Aux États-Unis, plusieurs entités (DHS, DoE…) ont élaboré des guides sectoriels. Enfin en France, l’ANSSI a également publié ses propres guides.

Certains secteurs ont apporté une réponse propre à leurs spécificités respectives comme l’AIEA qui propose son guide pour les installations nucléaires ou encore le NERC CIP qui oblige les différents opérateurs électriques à être conformes à ses standards.

La réglementation : arme d’amélioration massive de la sécurité ?

Cette abondance de littérature montre qu’il n’y a pas de réel consensus en la matière aujourd’hui. De plus, l’application des bonnes pratiques édictées dans ces documents ne reste finalement qu’un acte de volontariat de la part des entités concernées. Comme cela est souvent le cas, l’adoption de pratiques généralisées passe par la mise en place d’une réglementation (SEVESO par exemple). Et c’est bien ce qu’envisage l’État français au travers de la LPM (Loi de Programmation Militaire) : rendre obligatoire l’adoption de certaines mesures de cybersécurité pour les OIV.

Mais ces avancées françaises ne doivent pas faire oublier la nécessité d’une approche plus globale, a minima européenne. En effet, au-delà des mesures organisationnelles et techniques, La LPM prévoit également le recours à des produits labellisés. Il ne s’agit là que d’un schéma franco-français. Les efforts requis pour obtenir cette labélisation peuvent apparaître comme un frein pour des constructeurs/éditeurs à portée internationale. Avoir une reconnaissance européenne ou internationale de la sécurité de leur produit est donc un élément déterminant et qui aboutira à un réel retour sur investissement.

Dans ce domaine, des directives européennes sont également attendues, en particulier celle dédiée à la sécurité des réseaux et des infrastructures (NIS). Elles légitimeront davantage les initiatives sur le territoire français. L’ENISA a d’ailleurs publié les bases d’un schéma de certification de la sécurité des Smart Grid à portée européenne. Avec une approche progressive, ce que tend à faire l’État français, la réglementation obtiendra l’adhésion des industriels. La tendance va vers une adaptation des mesures avec une personnalisation opérateur par opérateur sans pour autant s’éloigner d’une cible ambitieuse. La publication prochaine des décrets d’application, puis des arrêtés de la LPM, permettra de le vérifier.

Enfin, pour ceux qui ne sont pas immédiatement concernés en tant qu’opérateur critique, nul doute qu’ils bénéficieront de l’élan global de ces démarches et pourront bien évidement s’en inspirer en complément des guides, normes et standards déjà existants.