Assurer son système d’information industriel contre une cyberattaque, c’est possible ?

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

Les cyberattaques récentes nous ont rappelé que des attaques sur les systèmes d’information peuvent avoir des impacts matériels, voire humains, avec des conséquences financières très importantes. Les attaques sur les systèmes d’information (SI) industriels en sont les exemples parfaits : une compromission logique du SI industriel peut entrainer le dérèglement et/ou la destruction du matériel industriel associé, et avoir des conséquences désastreuses en fonction des activités de l’entreprise. Face à ces impacts financiers critiques, la question de l’assurabilité de ce risque se pose alors. Mais le marché de l’assurance est-il aujourd’hui capable de proposer des solutions satisfaisantes ? Que proposent les assurances traditionnelles (Dommages, Tous Risques Informatiques, Responsabilité Civile…) ? La cyberassurance peut-elle répondre à cette problématique ?

Pourquoi assurer son SI industriel ?

On définit les systèmes d’information industriels comme des systèmes « logiques » permettant de piloter des outils de production « physiques » (chaînes de montage, machines-outils, fours, scanners médicaux, climatisations, aiguillages, pipelines…). De plus en plus ouverts, ils se positionnent comme un intermédiaire entre le système d’information « classique » de l’entreprise, et sa chaine de production physique.

De par son positionnement clé pour l’entreprise, la sensibilité des données et systèmes qu’il manipule et son ouverture accrue sur le SI de l’entreprise (voire parfois sur internet), le SI industriel devient de plus en plus souvent la cible d’attaques aux motivations différentes (destruction, espionnage, gain financier…). Les récentes attaques révélées en Allemagne par le BSI avec la compromission du système de contrôle du haut fourneau ou en Corée du Sud avec le vol de données sur les réacteurs nucléaires ne font que confirmer la probabilité d’attaques de ces systèmes.

En plus des dommages matériels (destruction de ses outils de production) et immatériels (frais de reconstruction des données, frais d’expertise…) pour l’entreprise, les conséquences de ces attaques peuvent être considérables et dépasser le cadre même de l’entreprise : fuite radioactive, déraillement d’un train…

Face à ce risque majeur, et l’impossibilité à la fois d’empêcher la totalité des attaques et d’absorber l’ensemble des impacts, le besoin d’assurabilité de ces systèmes se fait ressentir.

Les assurances traditionnelles ne répondent pas au besoin

Les assurances traditionnelles, et notamment les assurances « Dommages », peuvent répondre à certains risques liés aux SI industriels. Elles permettent notamment de couvrir les dommages matériels liés à une panne informatique, ou à un incendie. De même, les polices « Responsabilité Civile » peuvent couvrir les dommages aux tiers suite à un incident sur le SI industriel.

Pour autant ces contrats traditionnels trouvent parfois leurs limites dans un contexte cyber.

En effet, ces assurances couvrent très rarement les dommages immatériels, quel que soit le scénario de sinistre, et encore moins si le scénario est une cyberattaque. De fait, les frais de reconstitution des données et d’expertise technique (par exemple pour les investigations numériques suite à une attaque) sont rarement couverts par ces assurances.

De plus, la plupart de ces contrats ont des exclusions liées la cause du sinistre et excluent les cyberattaques. Il est parfois possible de « racheter » ces exclusions moyennant une hausse de la prime annuelle, mais ce n’est pas toujours le cas et la couverture se limite quasiment toujours aux dommages matériels.

La cyberassurance est-elle la solution ?

Se présentant comme l’assurance des risques cyber, on pourrait naturellement imaginer qu’elle couvre complètement les besoins d’assurance des SI industriels relatifs au risque de cyberattaque. Malheureusement, il n’en est rien : si certains contrats commencent à proposer des solutions couvrant la particularité logique/physique des SI industriels, la plupart n’y répond que partiellement.

Le premier frein à la couverture totale est le fait que la cyberassurance couvre majoritairement les dommages immatériels, puisque destinée principalement aux systèmes d’information « classiques ». En effet, l’impact naturel associé à une cyberattaque est une atteinte aux données, et non au matériel. Avec cette approche, de nombreux frais sont couverts : frais de reconstruction des données, frais d’expertise, frais de notification, frais de justice…. Pour autant, l’ensemble des dommages matériels, et notamment sur les systèmes physiques industriels détruits, ne sont pratiquement jamais couverts, ce qui entraine un manque notable dans la couverture du risque pour un SI industriel, et peut ainsi freiner la souscription d’une cyberassurance.

Par ailleurs, au vu des impacts importants liés aux SI industriels qui peuvent dépasser le cadre même de l’entreprise, certains assureurs excluent directement dans leur police la couverture de l’ensemble des frais liés à ces systèmes, qu’ils soient immatériels ou matériels. Le risque n’est alors pas (ou peu) couvert.

Une évolution en vue ?

Cependant, avec la demande croissante des acteurs de l’industrie, les cyberassureurs commencent à intégrer la couverture des dommages matériels (voire humains) à leur police. Pour autant, il est à noter que des sous-limites (limitation de garantie pour certains frais) contraignantes y sont souvent associées, ce qui peut parfois en limiter considérablement l’intérêt. Cependant, dans un marché fortement concurrentiel et compte tenu des impacts associés, cet argument peut rapidement apparaitre comme différenciateur.

 

Il existe un « vide » dans la couverture assurantielle des risques cyber pour les systèmes d’information industriels. Les assurances traditionnelles montrent un certain nombre de limites en excluant souvent les scénarios cyber, et a contrario les cyberassurances couvrent rarement les dommages matériels, pourtant centre de coût clé des SI industriels. Pour autant, les cyberassurances commencent à proposer des solutions avec une couverture plus globale incluant les dommages matériels. Mais la demande doit continuer d’augmenter et le marché se démocratiser pour atteindre une couverture optimale des SI industriels. Pour 2016 ?