Des start-ups opportunistes et audacieuses sans etre reellement innovantes sur le segment privacy

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données (RGPD) entre en vigueur. Il encadre l’exploitation des données à caractère personnel des citoyens européens. Les entreprises doivent respecter les obligations du RGPD sous peine de sanctions de la CNIL dont la plus redoutable est une amende culminant à 4% du chiffre d’affaires mondial annuel. Des start-ups en cybersécurité françaises surfent sur ces dispositions réglementaires. Nées avec le règlement général sur la protection des données, elles n’ont souvent que 1 ou 2 ans d’existence sur le marché et se situent dans une phase d’amorçage ou de développement de leur business model (seed ou série A). Dans le prolongement du radar des start-ups cybersécurité 2018 Wavestone, passons en revue ces jeunes pousses accompagnant les particuliers et les entreprises sur le RGPD….

Des start-ups qui aident les particuliers à protéger leur vie privée

Selon la CNIL, 9 Français sur 10 sont préoccupés par l’exploitation de leurs données personnelles. Des start-ups proposent aux individus des applications de contrôle des données personnelles disponibles sur Android ou IOS :

  • Skeep permet de gérer l’accès aux données personnelles sur les réseaux sociaux et les newsletters.
  • L’application mobile Fair&Smart est un « personal data store » au sein duquel le particulier peut effectuer ses requêtes auprès d’une entreprise au titre du RGPD.
  • Les cookies publicitaires et analytiques auxquels sont rattachés des données personnelles sont soumis à une obligation d’information et de consentement de l’internaute par le RGPD. La start-up Audito l’a bien compris et a mis au point l’application Cookie Check où les particuliers peuvent consulter les caractéristiques des cookies des sites visités et sélectionner ceux qu’ils souhaitent garder ou supprimer.

Des start-ups qui assistent les entreprises dans leur mise en conformité RGPD

Depuis les débuts du RGPD, les grandes entreprises préparent leur mise en conformité au règlement.

Les grands comptes veulent disposer d’outils logiciels adaptés pour leur Data Protection Officer (DPO) et leurs employés. Le RGPD impose un Data Protection Officer aux administrations, aux grandes entreprises et aux PME collectant des données personnelles. Les PME et ETI inscrivent peu à peu la mise en conformité réglementaire sur leur liste des priorités. Les logiciels d’accompagnement réglementaire de start-ups comme Didomi, Visions ou encore Smart GDPR arment les entreprises face aux exigences du RGPD.

Leurs logiciels SaaS de gouvernance de données incluent des fonctionnalités incontournables :

  • Le registre des traitements de données personnelles de l’entreprise
  • La collecte des consentements des individus
  • Le suivi des violations de données 
  • L’accès à la documentation légale relative à la mise en conformité au RGPD

La plupart des start-ups détectées vont au-delà de ces fonctionnalités pour se faire une place sur le marché. Elles proposent des modules subsidiaires : des outils de calcul et de modélisation des risques, des simulations d’audit, des MOOCs pour DPO par exemple. QualitaddDatae et Smart GDPR rentrent dans cette catégorie de start-ups qui ont su enrichir leur offre.

Des solutions de sécurité standards mais des démarches de création novatrices

Les grandes entreprises veulent avant tout maîtriser leur risque de conformité. Les start-ups françaises répondent à cette attente par une large offre de logiciels. Dans la majorité des cas, elles manquent cependant d’innovation sur le plan technologique car les logiciels développés sont des plateformes SaaS classiques adaptées à la protection de données. En revanche, les démarches de création des start-ups sont parfois audacieuses.

Quand la fonction métier commande l’édition d’un logiciel :

En 2018, le cabinet d’avocats Staub & Associés spécialisé en droit de l’informatique et des données personnelles s’est associé à un éditeur de logiciel pour produire une plateforme de pilotage de la mise en conformité au RGPD Data Legal Drive.

Deux ans plus tôt, la start-up DPO consulting a émergé des expériences professionnelles de DPO de sa fondatrice et de ses employés. Face à l’inflation réglementaire, le cabinet de conseil DPO consulting a édité son propre logiciel pour Data Protection Officer. Le cabinet se compose également de DPO qui assurent la gouvernance de données d’entreprises en externe en s’appuyant sur le logiciel myDPO.

La commercialisation d’un logiciel maison incluse dans la fonction métier booste le chiffre d’affaires de ces cabinets.

Quand les start-ups ciblent des dispositions du RGPD : 

La start-up Onecub a fait un choix stratégique innovant en axant sa solution sur un droit le droit à la portabilité. Le compte Onecub permet d’importer et exporter des données d’un service à l’autre gratuitement. Onecub s’adresse aux particuliers en facilitant le transfert de données personnelles entre entreprises et/ou administrations via la blockchain.

La start-up Fair&Smart quant à elle se concentre sur la protection des données personnelles dans la relation-client. Elle propose deux solutions B2C de collecte des requêtes et des consentements utilisateurs en complément de son application.

Quand les start-ups proposent un package de conformité RGPD complet : 

La start-up Datae accompagne les entreprises, de leur gestion interne des données personnelles à l’auditabilité par la CNIL sur l’application du RGPD. Le logiciel Datae présente les fonctionnalités classiques d’un logiciel de gouvernance RGPD, auxquelles peuvent s’ajouter des prestations complémentaires des équipes de la start-up en audit juridique, audit technique et suivi par un DPO externe.

Les solutions de sécurité mises en œuvre par les start-ups reflètent les statistiques globales du radar 2018 Wavestone : 70% des start-ups cybersécurité en France réadaptent des solutions existantes. Le segment de la Privacy ne se distingue pas par l’émergence de nouvelles solutions ou de nouveaux usages notables. Certaines start-ups misent sur l’apport d’une prestation de conseil ou de simulations d’audit pour consolider leur offre logicielle. A l’avenir, les start-ups souhaitant s’insérer sur ce segment en France devront trouver des solutions différenciantes. La pléthore de logiciels de gouvernance RGPD laisse de l’espace pour des solutions techniques innovantes.