De la 27001 à la 22301, juste un pas à franchir ?

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

La publication de la norme ISO 22301 « Sécurité sociétale – État de préparation et systèmes de gestion de la continuité – Exigences » suscite des interrogations auprès de ceux qui sont d’ores et déjà certifiés ou alignés à la 27001 : y a-t-il un sens à intégrer les exigences de la 22301 à un Système de Management de la Sécurité de l’Information ?

Si de prime abord les deux sujets peuvent paraître disjoints, ces interrogations semblent justifiées au regard des certifications relatives à la norme BS 25999 : plusieurs d’entre elles avaient combiné les deux référentiels. Et pour cause, il existe plusieurs points communs entre les deux normes…

D’indéniables axes de mutualisation

Les bases de tout système de management, qu’il concerne la qualité (9001), les services IT (20000) ou d’autres, sont communes – les normes  27001 et 22301 ne dérogent pas à la règle. On y retrouve ainsi les notions de construction par processus, d’amélioration continue, d’implication du management, …

En outre, elles concourent toutes deux à un même objectif : gérer les risques d’une organisation. Les risques liés, respectivement à la sécurité ou à la continuité, doivent être identifiés et priorisés, les traitements définis, … Elles se rejoignent donc sur une étape importante de la phase « Plan » : l’analyse de risques.

Par ailleurs, la continuité ou la disponibilité en tant que critère de sécurité est clairement abordée dans l’annexe de la 27001. En effet, cette dernière exige que l’organisme mette en place un Plan de Continuité d’Activité (PCA) et qu’il soit testé.

Pour autant, passer d’un SMSI à un Système de Management intégrant l’ISO 22301 n’est pas immédiat.

Des différences majeures à ne pas perdre de vue

L’ISO 22301 est une norme qui s’inscrit dans les réflexions autour de la sécurité sociétale. Elle traite de cas de sinistres majeurs : la problématique de la gestion de crise y est prégnante. Au vu de la dimension des sinistres envisagés, les exigences en termes de communication font l’objet d’un chapitre spécifique. Il s’agit aussi bien de la communication interne qu’externe envers les autorités, les médias, les familles des collaborateurs…

S’agissant de Système de Management de Continuité d’Activité, la notion de besoin de continuité est plus développée dans la norme ISO 22301. Un BIA (Bilan d’Impacts sur Activité ou Business Impact Analysis) doit être conduit. Ce BIA est à réaliser lors des premières étapes de mise en œuvre, identifiant, a minima, les activités critiques, et exprimant pour chacune d’entre elles les délais d’interruption maximale admissible, le « calendrier » de reprise progressive de l’activité, … Par ailleurs, la norme exige clairement que les dépendances soient identifiées, notamment avec les fournisseurs de services, lesquels doivent préciser leurs PCA existants. Cette précision vient directement faire écho à la notion de prestataires de services essentiels externalisés (ou PSEE).

Passer d’un SMSI à Système de management intégrant les exigences de la 22301 nécessite donc d’inscrire ces points dans les processus du Système de Management Intégré.

Un pas intéressant à franchir ?

Intégrer les exigences de l’ISO 22301 peut clairement donner un nouveau souffle à son système de management en effectuant un focus particulier sur la continuité d’activité. Mais redonner un nouveau souffle ne peut pas être une fin en soi, l’objectif est bien de répondre à un réel enjeu de sécurité de l’information et de continuité à la fois, avec une rationalisation de l’effort consacré à la gestion de deux risques !