Identité dans le cloud : le marché se structure, quid de l’approche de Microsoft ?

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

Héberger ses applications dans le cloud ou recourir à des applications cloud en mode SaaS est devenu une pratique courante pour les DSI et les directions métier. De là est né un nouveau besoin, celui de l’Identity and Access Management pour le cloud. Plusieurs acteurs, se sont d’ores et déjà positionnés sur ce marché, certains venant du monde traditionnel de l’IAM (Ping Identity, CA, SailPoint…), d’autres étant des pure players du cloud tels qu’Okta ou OneLogin.

Microsoft fait partie de ces acteurs de l’IAM pour le cloud. En raison de son rôle déterminant dans le SI « On-Premises » des entreprises, nous allons nous pencher de plus près sur sa solution : Windows Azure Active Directory (WAAD).

WAAD : une solution IAM-as-a-Service pour le cloud

Contrairement à ce que pourrait indiquer son nom, la solution Windows Azure Active Directory n’est pas un Active Directory hébergé dans Azure, la plate-forme cloud de Microsoft.

Officiellement lancée le 8 avril 2013, WAAD est décrit par Microsoft comme « une solution complète et sécurisée pour la gestion des identités et des accès dans le cloud. Elle combine des services d’annuaires principaux, une gouvernance des identités avancée, une gestion et une sécurisation des accès aux applications ».

Microsoft propose donc WAAD comme solution d’IAM-as-a-Service permettant, entre autres, de couvrir les applications hébergées dans le cloud. Contrairement à son approche « brique à brique » traditionnelle pour les services IAM On-Premises, dans laquelle chaque service est fourni par un produit spécifique, Microsoft adopte là une approche plus globale comme le démontre le tableau suivant :

Comparaison des offres On-Premises Vs cloud de Microsoft

Windows Azure Active Directory permet ainsi aux entreprises de :

  • Étendre au cloud les identités gérées localement au sein d’un Active Directory On-Premises ;
  • Gérer les identités et accès depuis le cloud, à la fois pour les applications cloud de Microsoft (Office 365, Dynamics CRM Online, Windows Intune), pour un nombre important d’applications SaaS du marché, mais également pour toute application que l’entreprise raccorde à WAAD ;
  • Apporter une connexion unique (SSO) aux applications hébergées dans le cloud, voire aussi, dans certains cas, aux applications On-Premises ;
  • Protéger les applications les plus critiques avec une solution d’authentification forte.

Notons que certains services proposés sont antérieurs à la date de lancement officielle puisqu’ils ont été introduits dès 2010 pour offrir les fonctionnalités de gestions des identités et des accès à Office 365. C’est ainsi que Microsoft a pu afficher les chiffres de 265 milliards d’authentifications réalisées et de 2,9 millions d’organisations clientes à la date de lancement de la solution.

Comment mettre en œuvre WAAD ?

Deux modes d’implémentation sont envisageables en fonction des usages que l’entreprise souhaite couvrir.

La première possibilité est une implémentation en stand alone, sans aucun lien avec les annuaires ou briques d’identités présentes dans le SI de l’entreprise. Cette absence de lien avec les infrastructures de l’entreprise permet de bénéficier rapidement d’une solution IAM pour le cloud. Néanmoins, cela impose de gérer spécifiquement le cycle de vie des identités (créations, modifications, suppressions), des mots de passe (initialisations, réinitialisations) et des habilitations (affectations de groupes).

La seconde possibilité consiste à « étendre les identités locales vers le cloud ». Ce type d’implémentation permet de déployer simplement des applications cloud et ce de façon transparente pour les utilisateurs. Pour cela, une synchronisation unidirectionnelle entre un Active Directory géré localement et WAAD est mise en place (via l’outil DirSync). Dès lors, les processus de gestion du cycle de vie des identités déjà en place au sein de l’entreprise se retrouvent étendus au cloud.

Et afin de permettre un accès sans couture aux utilisateurs à la fois aux applications cloud et aux applications hébergées dans le SI de l’entreprise, il est nécessaire de disposer d’une infrastructure de fédération des identités On-Premises.

Par ailleurs, il est possible d’utiliser un module d’authentification forte. Un téléphone est alors indispensable quel que soit le mode d’authentification choisi : One-Time Password par SMS, OTP par appel téléphonique ou encore notifications sur smartphone. Notons que ces fonctionnalités reposent sur la solution de l’éditeur PhoneFactor, racheté par Microsoft en octobre 2012.

Rappelons que Windows Azure Active Directory reste une solution d’IAM pour le cloud parmi d’autres. Dans un marché où des mouvements sont à prévoir dans les mois qui viennent, on peut se demander quels sont les véritables bénéfices de ces solutions, et ce qui les distingue les unes des autres. Des questions qui seront abordées dans un prochain article…