ERP : comment mettre sous contrôle les risques liés aux habilitations ? (1/2)

Cybersécurité et confiance numérique

Publié le

Les ERP (Enterprise Resource Planning), ou Progiciels de gestion intégrée en français, supportent les processus et flux métiers les plus critiques des entreprises. À ce titre, ils sont intrinsèquement porteurs de nombreux risques, aux premiers rangs desquels la fraude interne et les erreurs humaines.

Les commissaires aux comptes, les contrôleurs internes et les auditeurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, augmentant la pression depuis plusieurs années pour mettre ces risques sous contrôle et s’assurer de la conformité avec les règlementations afférentes.

Les enjeux de la mise sous contrôle des habilitations d’un ERP

Il convient dès lors de se pencher sérieusement sur le sujet des « habilitations » (appelées également droits, permissions, rôles ou encore profils d’accès). C’est en effet grâce aux habilitations qui leur sont octroyées sur les ERP que les utilisateurs peuvent réaliser une grande partie de leurs activités, qu’elles soient légitimes ou non. Donner les bonnes habilitations, aux bonnes personnes, au bon moment, doit donc permettre de réduire significativement les risques évoqués précédemment.

Au travers de deux articles, nous présentons notre vision du sujet et partageons des bonnes pratiques éprouvées permettant de mettre sous contrôle les risques liés aux habilitations des ERP.

Une maîtrise toute relative des habilitations sur les ERP

L’écosystème des ERP se révèle relativement complexe et les entreprises dépensent généralement beaucoup de temps et d’énergie pour leur mise en place. Pourtant, le volet « gestion des identités et des habilitations » est bien souvent traité a minima. Au fil du temps, cela se traduit par une dégradation du niveau de maîtrise et de sécurité :

  • Comptes obsolètes, génériques ou partagés qui s’accumulent.
  • Nombre de rôles qui explose.
  • Non-respect du principe de moindre privilège.
  • Combinaisons toxiques de droits (infractions à la séparation des tâches, Segregation of Duties en anglais), etc.

Autant de facteurs qui tendent à augmenter l’exposition aux risques évoqués plus haut.

Ainsi, rares sont les entreprises pouvant se targuer d’avoir la pleine maîtrise des identités et des habilitations sur leurs ERP. Pour s’en convaincre, les quelques questions symptomatiques ci-dessous peuvent aider à évaluer sa propre maturité sur le sujet :

  • Combien de comptes ne peuvent pas être rattachés à une personne physique (comptes génériques, comptes non réconciliés avec les référentiels RH ou Active Directory…) ?
  • Combien d’utilisateurs peuvent changer les droits d’accès d’autres utilisateurs ?
  • Combien d’utilisateurs disposent de profils à forts privilèges (tels que « SAP_ALL» et « SAP_NEW » dans SAP ECC) ? Parmi ceux-ci, combien sont réellement légitimes ?
  • Combien d’utilisateurs peuvent changer les données de base fournisseurs ?
  • En moyenne, combien de rôles sont affectés aux utilisateurs ? Plutôt 2 ou 3 rôles par utilisateur, ou bien la dizaine de rôles est-elle régulièrement dépassée ?
  • Combien de rôles IT sont affectés à des utilisateurs métiers… et inversement ?
  • Combien de rôles donnent en réalité plus de droits que ceux prévus théoriquement (rôles supposés en lecture mais donnant des droits en écriture, rôles avec périmètres plus larges que prévu, etc.) ?

Comment s’y prendre ?

Maintenant que le constat est posé, que faire ? Surtout ne pas s’avouer vaincu ni se décourager face au chantier en apparence titanesque qui s’annonce ! Améliorer la situation et remettre les risques liés aux habilitations sous contrôle, c’est possible. Il faut pour cela, outre s’en donner les moyens évidemment, respecter quelques facteurs clés de succès déterminants détaillés ci-après.

Facteurs clés de succès d’un projet de remédiation des risques liés aux habilitations d’un ERP

1. Piloter de façon rapprochée

Dans un tel projet, il ne faut bien évidemment pas chercher à tout traiter tout de suite. Il s’agit donc de cibler stratégiquement des « périmètres » qui permettront de montrer des résultats significatifs dans un délai raisonnable. Il peut s’agir par exemple d’une application clé ou d’un module central de l’ERP, d’un processus particulièrement mis en lumière lors d’un récent audit, ou encore d’une série de risques déjà identifiés comme critiques dans le référentiel d’entreprise. L’analyse des données réelles, extraites des systèmes ERP, peut s’avérer d’une grande aide quant à la priorisation et la justification de cette priorisation.

En termes de démarche, le projet doit nécessairement prendre en compte 3 volets :

  • L’analyse et la mise sous contrôle des risques liés aux habilitations, cœur du projet.
  • La mise en place d’une solution technique, en support de la méthodologie.
  • Le pilotage et la conduite du changement, indispensables pour la bonne réussite d’un tel projet.

Il est important de cadencer ce projet avec des jalons réguliers sur chacun des trois volets et durant chaque phase du projet :

  • La phase de préparation, qui comprend le cadrage à proprement parler, la mise en place de l’outillage et la préparation des prérequis.
  • La phase de déploiement, dite Get-clean, qui vise à mettre sous contrôle les risques à date : validation de la démarche sur un pilote, déploiement généralisé et adaptation de l’outillage en fonction des retours.
  • Le mode nominal, dit Stay-clean, qui prend la suite du projet mais doit se préparer pendant celui-ci, afin d’assurer la maîtrise des risques dans la durée.

Démarche type d’un projet de remédiation des risques liés aux habilitations d’un ERP

Il sera impératif de suivre de près les actions des différents contributeurs et décisionnaires, et plus globalement la bonne atteinte des engagements pris pour chaque étape. Ces engagements pourront se matérialiser par des résultats aussi bien quantitatifs (réduction de X% du nombre de risques critiques, pas plus de 5 risques par utilisateur désormais…) que qualitatifs (évolution des processus ou des contrôles compensatoires). Il s’agira dès lors d’être en capacité de mesurer et de valoriser ces résultats auprès des sponsors du projet et des représentants métiers.

2. Préparer le terrain

Les aspects techniques et métiers sont étroitement liés dans les projets qui ont trait aux habilitations, et encore davantage dans le cas des ERP. Il est donc nécessaire de trouver dès le début les bons sponsors pour le projet, à la fois côté Sécurité ou IT et côté Métier ou Contrôle Interne par exemple.

Il pourra par ailleurs être nécessaire de solliciter de nombreux acteurs : correspondants habilitations, responsables sécurité, représentants métiers, responsables de processus, managers d’équipe, contrôleurs internes, etc. La coordination va s’avérer essentielle tout au long du projet et il faudra dès le début embarquer et mobiliser les futurs contributeurs et personnes concernées par le projet en leur partageant les enjeux, les objectifs et la démarche. L’approche se doit d’être « bienveillante » : il ne s’agit pas de stigmatiser une situation, des comportements, ou un périmètre par rapport à un autre, mais bien de faire progresser l’entreprise et les collaborateurs dans la maîtrise des risques.

La phase de préparation va consister dans un premier temps à recueillir les différents entrants nécessaires au projet, et particulièrement tout ce qui permettra de réaliser une première analyse des données : informations organisationnelles sur les utilisateurs (département, métier…), habilitations, journaux d’accès, référentiels de contrôle, matrice de séparation des tâches, etc. Sur ce dernier point en particulier, des ateliers sont certainement à prévoir pour compléter cette matrice et la « traduire » en permissions techniques afin d’automatiser les contrôles dans un outil.

Il s’agira par ailleurs de définir les indicateurs, tableaux de bord et rapports qui seront utilisés à la fois pendant la phase projet mais également dans la durée par les personnes en charge du contrôle continu.

Un autre point important durant cette phase de préparation sera de mettre en qualité les données. Ce prérequis se révèlera d’autant plus indispensable que le niveau de maturité de l’entreprise en termes de gestion des identités et des habilitations sera faible. La mise en qualité porte non seulement sur les comptes utilisateurs, mais également et surtout sur le modèle d’habilitation de l’ERP. En effet, si les rôles ou les profils d’accès sont eux-mêmes porteurs de risques (en termes de séparation des tâches notamment), il faudra y remédier avant de s’attaquer aux risques individuels portés par les utilisateurs.

Exemples de prérequis pour un projet de remédiation des risques liés aux habilitations d’un ERP

Nous venons de voir les deux premiers facteurs clés de succès pour mener à bien un projet de remédiation des risques liés aux habilitations d’un ERP, à savoir piloter de façon rapprochée et préparer le terrain. Les trois facteurs clés suivants seront détaillés dans un second article, à venir très prochainement.