L’INTERVIEW DE COPSONIC – LA SECURITE PAR LES ULTRASONS

Cybersécurité et confiance numérique

Posted on

Dans le cadre des Banking CyberSecurity Innovation Awards, CopSonic, gagnant du grand prix BCSIA, développe et commercialise une technologie de communication sans contact utilisant les ultrasons comme moyen d’interaction et de transmission de données entre les dispositifs électroniques. Voici l’interview de son fondateur, Emmanuel Ruiz qui détaille pour nous comment sa solution contribue à la cybersécurité de la banque de demain.

Comment l’idée vous est-elle venue ?

Emmanuel Ruiz nous explique que « l’équipe CopSonic [le] suit depuis plus de 15 années dans l’entrepreneuriat […] de traitement du signal audio ». Ayant découvert par hasard, en travaillant sur un effet spécial, qu’il était possible de « transmettre via du son de petites quantités de données », l’équipe structure ensuite le produit sous forme de Software Development Kit (SDK) « afin de sécuriser les échanges de données et de communications en champ proche ».

Quel est le plus grand risque de sécurité pour les banques et pour ses clients selon vous ? Comment répondez-vous à la menace qui pèse sur les banques ?

Emmanuel Ruiz met en avant que « le plus grand risque reste la fraude à l’identité et la validation d’une transaction de paiement à l’insu de la personne concernée. C’est en tout cas le risque que nous cherchons à couvrir avec notre technologie en équipant les utilisateurs d’une banque donnée avec une technologie universelle, sécurisée et facile d’utilisation ». La solution permet notamment de se protéger contre les nouvelles menaces qui se propagent par ultrasons car « il existe depuis 3 ans un virus véhiculé par ondes acoustiques entre appareils électroniques [ainsi que] des attaques sur des assistants vocaux [comme] Dolphin Hack ».

L’enjeu pour les RSSI aujourd’hui est de parvenir à concilier la facilité d’implémentation, la simplicité d’utilisation des solutions de sécurité avec une technologie sécurisée. Comment convaincre un RSSI de la pertinence de votre solution et de la sécurité du produit ? Quels sont les différenciateurs qui vous démarquent sur le marché ?

CopSonic propose une technologie conforme à la Directive PSD2 et au RGPD. L’intérêt pour les banques est de pouvoir exploiter la technologie directement en l’intégrant dans leurs applications “pour [leur] permettre de garder le contrôle sur la transaction de paiement réalisée par l’utilisateur final. Cette technologie est universelle et fonctionne sur tout type de dispositif, sans déploiement matériel nouveau à mettre en œuvre. Elle est donc incomparablement moins chère que les autres.

Cette technologie inaudible à l’oreille humaine permet cependant de véhiculer des informations de manière sécurisée ; ce moyen de communication étant résilient à toutes les technologies électromagnétiques dans des usages de proximité (de type NFC ou Bluetooth). Le marché de la communication par les ultrasons est à l’aube de son explosion : par exemple Google se positionne déjà sur le paiement par ultrason avec sa solution Google TEZ, lancée depuis septembre 2017 en Inde.

Quelles sont les synergies entre votre innovation et les solutions de sécurité bancaires existantes à l’heure actuelle ?

CopSonic décrit sa technologie comme « avant tout complémentaire aux autres usages, dans un monde transactionnel mobile, web ou en champ proche [mais elle] s’impose en revanche comme la seule valable et compatible avec les assistants vocaux, qui vous demanderont bientôt de valider une transaction de paiement ». La solution de CopSonic offre donc « un service innovant répondant aux besoins des utilisateurs ». Par ailleurs, « sur les sujets de phishing, skimming, eavesdropping, [CopSonic propose] des solutions qui ne requièrent qu’une mise à jour logicielle dans l’infrastructure existante du serveur bancaire jusqu’à l’application mobile en passant par les POS, TPE ou ATM/DAB ».

Ces cas d’usages sont déjà une réalité puisque CopSonic annonce « travailler avec une banque française pour proposer sur des TPE un ‘’QRCode Invisible’’ : le service proposera en parallèle un ultrason pour sécuriser cette transaction via un OTP ultrasonique ». Par rapport à un QRCode classique, l’avantage pour l’utilisateur réside dans le fait qu’il n’aura pas besoin de viser avec la caméra de son smartphone le TPE.

Comment voyez-vous la banque de demain ? Quelles opportunités pour la cybersécurité dans la banque de demain ?

Pour CopSonic, le plus grand changement qui attend la banque de demain est lié à la sécurisation de l’expérience utilisateur : ces derniers sont de plus en plus exigeants sur l’ensemble de la chaine. Depuis la mise en relation jusqu’à l’expérience de paiement, ils attendent de la banque un parcours fluide et sécurisé.

Emmanuel Ruiz détaille ainsi : « Le développement des paiements instantanés (peer-to-peer), des paiements IOT (comment payer une prise de courant qui vous délivre 60 minutes de courant ?) et des nouveaux comportements de consommation (assistants vocaux au domicile, en voiture connectée) vont voir naître autant de nouvelles normes que de nouveaux risques et solutions pour les couvrir au mieux. La banque devra en tout état de cause continuer d’équiper ses utilisateurs de moyens de validation de transactions de paiement en conciliant sécurité et facilité d’utilisation. »

 

Pour en savoir plus : https://www.copsonic.com/