Banking Innovation Awards : ils construisent ensemble la banque du futur ! 

Cloud & Next-Gen IT Security

Publié le

12Plus de 60 start-ups et PME ont participé à la quatrième édition des « Banking Innovation Awards » (BIA), anciennement « Banking CyberSecurity Innovation Awards » (BCSIA). Cybersécurité, intelligence artificielle et data sont les maîtres mots de ce concours de startups organisé chaque année de façon collaborative par Wavestone et la Société Générale. Le 6 octobre 2020, la cérémonie de remise de prix a permis à un jury d’envergure, de récompenser 4 startups parmi les 8 finalistes du concours. Les 4 startups gagnantes auront désormais l’opportunité d’intégrer Shake’Up, le programme d’accélérateur de startups de Wavestone, et de tester leur solution au sein de la Société Générale.

Pour plus d’informations, retrouvez la vidéo de présentation du concours.

 

Pour la quatrième édition du concours, la data et l’IA viennent s’ajouter à la cybersécurité !

Alors que les précédentes éditions du concours récompensaient uniquement des startups spécialisées dans le domaine de la cybersécurité, l’édition 2020 a élargi son spectre pour accueillir de nouveaux sujets, que sont l’intelligence artificielle et la data, qui demeurent des composantes clés au sein de l’écosystème cyber.

L’ensemble des sociétés participantes, d’origine française ou européenne, ont su partager toute la richesse de leurs diverses expertises. On peut ainsi dresser le top 5 des sujets traités par les participants cette année :

  • Lutte contre la fraude
  • Protection de l’identité numérique
  • Développement de l’intelligence artificielle pour les affaires
  • Protection de l’intégrité des données
  • Détection des incidents et vulnérabilités

 

Un jury d’envergure, des analyses et des messages forts !

Cette cérémonie avait bien évidemment pour but de récompenser les grands gagnants de l’édition 2020, mais pas seulement. C’était également l’opportunité, pour l’ensemble des membres du jury et des personnalités présentes, de partager leurs analyses quant à l’écosystème startups actuel.

Cette année, le jury était composé de Claire Calmejane (Directrice de l’Innovation du Groupe – Société Générale), Christophe Leblanc (Directeur des Ressources et de la Transformation Numérique du Groupe – Société Générale), Pascal Imbert (Président Directeur Général – Wavestone), Reza Maghsoudnia (Directeur Développement Stratégique – Wavestone), Guillaume Poupard (Directeur Général – ANSSI), Jamal Attif (Professeur à Dauphine-PSL, responsable de l’équipe MILES) et d’un collège d’experts (Thierry Olivier, Christina Poirson, Julien Molez, Gérôme Billois, Ghislain de Pierrefeu et Severine Hassler).

 

Enseignements et perspectives de la crise

Bien que cette crise sanitaire ne soit pas encore terminée, elle paraît en tout cas un peu mieux maîtrisée qu’en mars, quand cette maladie nous était encore inconnue. À ce sujet, Pascal Imbert et Christophe Leblanc ont apporté leur analyse de cette crise et de ses impacts.

Selon eux, cette crise a été à la fois révélatrice des fragilités propres à chaque entreprise et des modèles économiques actuels, mais aussi accélératrice de tendance, avec une place plus importante encore prise par le numérique ces derniers mois. Ces éléments rendent les transformations plus profondes et plus rapides. Cela n’est pas sans conséquence pour les entreprises, qui voient leurs transformations s’accélérer, avec la nécessité d’intégrer de nouveaux facteurs, tel qu’un meilleur équilibre entre efficacité et résilience. Tout cela, avec une place majeure de la technologie, qui représente un défi économique, technologique et de souveraineté. L’environnement startups, mis à l’honneur avec ce concours, est, selon Pascal Imbert, un des élément clé devant nous permettre de reprendre la main sur la technologie et ses usages.

Cette crise est donc à la fois un facteur de transformation digitale et stratégique, dont la data et la cybersécurité font partie intégrante, un facteur d’agilité, avec l’accélération du télétravail et l’adaptation des règles de sécurité informatique qui a été nécessaire et un facteur de « stress-test », pour nos modèles économiques et technologiques.

 

L’intelligence artificielle et la data au service de la crise

Jamal Attif nous l’a tous rappelé d’emblée : « la valeur est dans la donnée ». Cependant, selon lui, l’IA telle qu’on la connait aujourd’hui, n’est pas en mesure de résoudre cette crise. Elle peut aider à la combattre, en utilisant par exemple des algorithmes de fouille de données bibliographiques permettant de comprendre les effets de certains médicaments. Elle peut aussi accélérer et améliorer les diagnostics dans le milieu médical, via la reconnaissance d’images, mais elle ne peut pas prédire ce qui n’a jamais été observé auparavant, telle que cette épidémie, qui s’est développée très rapidement.

L’écosystème des startups a aujourd’hui un vrai impact dans nos modèles économique, mais il paraît important selon lui, pour faire de l’innovation de rupture permettant de répondre à des problématiques d’une telle envergure, de combiner toutes les forces en présence, que ce soient celles du monde de la recherche, des grands groupes ou des startups.

 

Cybersécurité : évolution de la menace et innovations

Guillaume Poupard constate deux points majeurs concernant le numérique et la cybersécurité aujourd’hui.

Tout d’abord, il soulève le côté positif de la transformation numérique, qui a permis de surmonter le défaut d’activité pendant cette période particulière. Cependant, il faut selon lui rester prudent, notamment face à la croissance particulièrement inquiétante de la cybercriminalité qui cible désormais de grandes entreprises, avec des cas très graves qui se multiplient (50 ransomwares en 2019, contre déjà 130 en 2020, et ce n’est pas terminé). La question de la lutte contre la cybercriminalité est donc un sujet d’importance majeure, d’où l’utilité de refaire des analyses de risques et des audits des systèmes d’information, afin de déceler les éventuels manquements à la cybersécurité durant ces quelques mois. Tout comme Jamal Attif, il rappelle l’importance que des acteurs publics et privés de toutes tailles, avec des motivations différentes, puissent travailler ensemble, afin de renforcer nos défenses en matière de cybersécurité. Il faut selon lui mettre en avant ceux qui innovent, et c’est d’ailleurs l’un des objectifs du campus cyber, qui devrait voir le jour dans les prochaines années, en région parisienne.

L’autre point, c’est de continuer à élever ces sujets au niveau de l’Union Européenne, et même au-delà, en mettant en place des réseaux pour que l’ensemble des parties prenantes puissent travailler ensemble. C’est notamment l’objectif du lancement, par les états membres de l’Union Européenne, du Cyber Crisis Liaison Organisation Network (CyCLONe).

 

Zoom sur l’écosystème innovation et startups

Reza Maghsoudnia partage l’essence même de l’écosystème startups, qui est de savoir sortir des sentiers battus, de challenger les acteurs établis, et d’innover pour donner plus de valeur aux diverses transformations que nous vivons. La crise augmente encore le besoin d’innovation, d’où l’importance pour Wavestone, de continuer à identifier ces gisements d’innovation, de les soutenir et de les accompagner.

À ce sujet, Wavestone a créé en 2015 un accélérateur de startups (Shake’Up), permettant d’être en permanence en interaction avec plusieurs centaines d’acteurs innovants sur le marché et d’identifier des pépites, afin de les accompagner. À ce jour, plus de 40 startups ont été accompagnées, dont de véritables success stories telles qu’Alsid et Citalid, dans le domaine de la cybersécurité. En ce qui concerne l’écosystème startups Cybersécurité françaises, nous vous proposons d’ailleurs de lire l’analyse de nos experts, suite au radar des startups réalisé par Wavestone.

 

61 startups participantes, 8 startups retenues et 4 startups récompensées

Isahit, Prix Spécial – Data for good & Ethics

Fondée en 2016, la « Tech for Good » française Isahit propose aux entreprises une plateforme digitale d’impact sourcing, pour le traitement de tâches digitales ne pouvant être prise en charge par une intelligence artificielle.

Retrouvez la vidéo de présentation de la startup Isahit.

 

CryptoNext, Prix Spécial – Cybersécurité Made in France

Fondée en 2019, CryptoNext a développé une technologie de chiffrement permettant de rendre les données résistantes à la puissance de l’informatique quantique. Son logiciel a vocation à être implémenté dans les offres des grands acteurs de la sécurité informatique.

Retrouvez la vidéo de présentation de la startup CryptoNext.

 

Inqom, Grand Prix Data & IA

Fondée en 2015, Inqom a construit un logiciel SaaS d’automatisation la production comptable, permettant de générer le bilan en temps réel. Grâce à l’intelligence artificielle, la solution traite et enrichit les données comptables afin de créer une comptabilité centralisée, uniformisée et intelligente.

Retrouvez la vidéo de présentation de la startup Inqom.

 

Hackuity, Grand Prix Cybersécurité

Fondée en 2018, Hackuity propose une plateforme repensant la manière dont les vulnérabilités informatiques sont gérées dans les entreprises en collectant, normalisant et orchestrant toutes les pratiques d’évaluation de la sécurité, automatisées ou manuelles.

Retrouvez la vidéo de présentation de la startup Hackuity.