Relation MOA – DSI : quelle organisation pour quelle efficacité ? Interview des Mutuelles Adréa

Métiers - Assurance Métiers - Marketing et relation client Métiers - Stratégie & projets IT

Publié le

Retour d’expérience dans le cadre du programme de fusion des SI de 8 entités du groupe. Interview croisée avec Gratien Atchrimi, Directeur de la DOMOA (Direction de l’organisation, des méthodes et de la maîtrise d’ouvrage) et Eric Chevallereau, DSI.

Le 29 novembre dernier, Solucom organisait une table ronde à Lyon sur le thème de la relation MOA – DSI. A cette occasion, les Mutuelles Adréa sont intervenues pour apporter leur retour d’expérience sur la conduite récente de ce programme de transformation structurant, mené en collaboration avec Solucom. Emmanuel Guillaumeau, manager au sein de la practice Transformation SI, et en charge du projet, a interviewé Gratien Atchrimi et Eric Chevallereau.

E.G. (Solucom) : Pouvez-vous nous décrire le contexte de ce projet de fusion, la stratégie retenue et l’impact sur la DSI et les métiers ?

E.C (DSI Adréa) : Adréa est composée historiquement de 8 mutuelles distinctes qui ont décidé de fusionner afin d’atteindre une taille critique sur le marché. La fusion sera effective juridiquement au 1er janvier 2012. Une vingtaine de chantiers de travail ont été engagés afin d’assurer cette fusion. Au titre de ces chantiers et non des moindres, la fusion des SI actuellement en cours.

G.A. (DOMOA Adréa) : Pour dessiner la stratégie, plusieurs scenarii se sont présentés. Fusionner conjointement back et front office, d’abord le back office ou plutôt prioritairement le front office. Le 1er scenario a été exclu car pressenti comme trop compliqué. Des 2 suivants, il a été décidé d’appuyer la fusion par les SI front office (de relation clients). Cette stratégie permettait de capitaliser sur les outils et bonnes pratiques de certaines des mutuelles et présentait l’avantage de proposer à tous les collaborateurs un référentiel unifié des clients.

E.C : En terme d’impact sur la relation DSI / métiers, la réorganisation a posé les bases d’un fonctionnement unifié en créant une DSI groupe et en professionnalisant la fonction de MOA à travers la création d’une DOMOA. Si la DSI rapporte directement à la Direction Générale, la DOMOA est rattachée à la Direction des Assurances où se trouvent représentées toutes les directions métier. Dans les faits, DSI et DOMOA agissent de concert  et leur création a accompagné efficacement le Comité de Pilotage de la convergence des SI.

E.G : En quoi cette organisation peut-elle être considérée comme efficace plutôt que, par exemple, en rattachant la fonction MOA à la DSI ? 

E.C : La question du rattachement à la DSI s’est posée. Mais dans ce contexte de fusion, nous avons privilégié le message de l’importance stratégique de la fonction (rattachée à des métiers donneurs d’ordres eux-mêmes en cours de structuration) tout en insistant sur sa professionnalisation (création d’une Direction de la DOMOA dédiée).

G.A: Mais il ne se limite pas à cela bien sûr. La DSI a été « rassemblée » à partir d’éléments plus ou moins structurés et mutualisés préalablement (GIE, responsables informatiques locaux…). Ces composantes de DSI n’avaient pas forcément de poids stratégique dans la prise de décision par les DG. La création d’une DSI rattachée directement à la Direction Générale, et son pendant côté MOA métier, permet de peser efficacement dans le devenir des SI uniques. Les 2 entités se sont dotées d’instances de pilotage du portefeuille du projet et mènent (ou mèneront) en parallèle des projets de structuration des savoir-faire et de partage d’une méthode projet commune. Il faut bien comprendre que, pour nous, rattacher la MOA à la DSI n’aurait pas engendré ou engagé le même type de dynamique pour contribuer au projet de fusion. La MOA aurait peut-être été vue en opposition aux métiers.

E.G : Où en êtes-vous aujourd’hui, DSI et DOMOA, et comment / en quoi Solucom vous a-t-il accompagné sur ce projet ?

E.C : DSI et DOMOA ont un peu moins d’un an d’existence. Tout n’est pas calé, loin de là. Néanmoins 2 facteurs clés peuvent être mis en avant. Tout d’abord, DSI et DOMOA ont été créées « pour le mieux ». Les informaticiens sont satisfaits  de la direction prise par la DSI et du poids nouveau qui lui est accordé. Côté métier et DOMOA : les collaborateurs invités à rejoindre la DOMOA sont fiers des responsabilités qui leurs sont confiées. La 2ème raison tient, à mon avis, au fait que DSI et DOMOA ont tout de suite su travailler ensemble.

G.A : Dans ce contexte, Solucom a accompagné la DG pour la définition du projet stratégique et la mise en œuvre de l’organisation unique. C’est surtout lorsqu’il a fallu engager la fusion des SI front office que l’on a fait appel à l’expertise de Solucom. Une étude préalable a permis de définir le référentiel des besoins et a chiffré une trajectoire de mise en œuvre du projet SI front office « Tangram ». Ce projet de plusieurs milliers de jours hommes est un laboratoire permanent du bon fonctionnement entre DSI et DOMOA. Il est sous la responsabilité de sponsors métier et d’un chef de projet MOA et d’un chef de projet SI. Solucom continue d’y jouer un rôle important en animant les instances métier du projet que l’on a baptisées « comité de validation managériale » et qui permettent aux principaux managers commerciaux, marketing et de gestion concernés d’être représentés.

ADREA est une mutuelle de 1000 collaborateurs, un million de personnes protégées et principalement présente dans le grand Sud-Est et dans le Nord-Ouest de la France. En savoir plus : http://www.adrea.fr

Retrouvez tous nos articles sur le secteur de l’assurance et des mutuelles sur Insurance speaker, le blog assurance des consultants Solucom