SOAR, UEBA, CASB, EDR et autres acronymes… suivez la saga de l’été pour comprendre et choisir parmi les nouveaux outils du SOC (1/3)

Cybersécurité et confiance numérique Sécurité opérationnelle, Tests d’intrusion & Réponse à incident

Publié le

Les équipes SOC éprouvent de plus en plus de difficultés à détecter des attaques toujours plus complexes, sur des périmètres de plus en plus étendus. En parallèle, elles subissent de plein fouet l’explosion du nombre d’alertes à traiter (notamment dû aux nombreuses technologies déployées -et aux faux positifs liés-), le renforcement des contraintes réglementaires, et la nécessité de détecter plus finement et rapidement…

Dans un contexte où l’on assiste à une véritable pénurie de compétences cybersécurités, ces problématiques ne peuvent être adressées uniquement par le renforcement des effectifs du SOC. L’utilisation de nouveaux outils, basée sur 4 axes stratégiques, est indispensable pour permettre au SOC d’avoir de l’avance sur les nouvelles menaces.

 

Ainsi, l’extension de la détection à de nouveaux périmètres permet de protéger de nouvelles parties du SI, aujourd’hui insuffisamment sécurisées (Cloud) ; et des ressources de plus en plus prises pour cibles (attaques ransomware sur les terminaux, attaques ciblées utilisant les AD…).

Dans le même temps, l’adoption de nouvelles approches devient une nécessité pour détecter les attaques ciblées (0days, « low signal » …), dont la subtilité croissante met à mal les dispositifs de sécurité existants.

En complément de nouveaux outils de détection, une connaissance avancée des menaces et des attaquants peut venir améliorer les capacités de détection existantes, aider à la priorisation des incidents à traiter et faire gagner en efficacité lors de la réaction.

Mais les équipes SOC éprouvent déjà des difficultés à traiter les évènements générés par les outils existants. Il est donc primordial d’industrialiser et d’automatiser les interactions entre équipes et systèmes, et, lorsque c’est possible, les étapes d’analyse et de réaction !

Pendant l’été, suivez les épisodes de notre saga pour découvrir les moyens d’outiller ces 4 axes stratégiques !

 

Étendre la détection à de nouveaux périmètres

 

Une solution unique pour sécuriser tous les Cloud : CASB

Les CASB (pour Cloud Access Security Broker) adressent un périmètre du SI aujourd’hui mal desservi par les mesures de sécurité classiques : le Cloud. Par sa nature, sa protection nécessite en effet des adaptations par rapport aux SI classiques : pas ou peu de maîtrise des ressources (infrastructures, OS ou applications, selon le type d’offre), localisation à l’extérieur du SI

Les CASB visent à centraliser et à faire appliquer les politiques de sécurité aux services situés dans le Cloud. Certains fournisseurs Cloud proposent leurs propres services de sécurisation CASB (par exemple Microsoft avec Microsoft Cloud App Security) ; mais, selon les besoins, il est parfois préférable d’utiliser des solutions tierces, même si l’ajout d’un acteur supplémentaire a un coût. En effet, le CASB visant à s’assurer du niveau de sécurité du Cloud, confier ce rôle aux fournisseurs du service à surveiller peut être contre-productif, et l’utilisation d’un « tiers de confiance » est à privilégier.

Dans tous les cas, les CASB sont des solutions variées, pouvant regrouper de très nombreux services, leurs maturités variant selon les éditeurs de solution, les fournisseurs Cloud et le type d’hébergement (IaaS, PaaS, SaaS…).

D’une part, les solutions CASB permettent d’adresser les enjeux spécifiques aux Cloud, en palliant le manque de visibilité sur ces environnements (détection du Shadow IT, statistiques d’utilisation…), et en s’assurant de leur conformité (vérification des configurations…).

D’autre part, elles participent au déploiement des mesures de sécurités classiques sur ce périmètre. En particulier, les enjeux de sécurité de la donnée (DLP et mesures de chiffrement, particulièrement appréciées par les régulateurs) et de détection des menaces (centralisation des logs Cloud pour transmission au SIEM, détection de comportements anormaux -UEBA !, voir partie dédiée-…) font parties des capacités classiques proposées par les éditeurs. En complément, certaines problématiques d’IAM peuvent aussi être adressées par ces solutions (SSO, contextualisation des accès…).

Il existe deux principaux modes de déploiement pour la mise en place de ces fonctionnalités, chacun possédant ses avantages (et inconvénients). Les solutions types proxy sont placées en coupure entre les utilisateurs et le service Cloud.

A l’opposé, dans le cas des solutions de type API, parfois appelées out-of-band, les consommateurs du service Cloud communiquent directement avec celui-ci. Pour chaque accès, le service interroge les API du CASB afin de d’évaluer les risques, et d’autoriser ou non la consommation du service. Les solutions API s’appuient cependant sur les interfaces proposées par le fournisseur Cloud pour fonctionner, ce qui peut limiter certaines possibilités.

Aujourd’hui jeunes et peu matures, les CASB restent peu déployés. Au vu de la démocratisation (déjà bien avancée) des services Cloud, les CASB ont cependant un bel avenir devant eux, et permettront aux équipes SOC d’étendre leur surveillance sur ce périmètre, voué à représenter une partie importante du SI.

Exemples d’éditeurs CASB :

 

Détection et réaction, le nouveau couteau suisse pour sécuriser les terminaux : EDR (Endpoint Detection and Response)

Les solutions EDR (pour Endpoint Detection and Response) viennent compléter les capacités de détection et de réaction des SOC sur les terminaux (PC, serveurs…).

Comme leur nom l’indique, les EDR participent à la détection d’attaques. Ceux-ci viennent en effet combler les faiblesses des anti-virus (et autres HIPS) s’appuyant sur des signatures d’attaques précises, et donc inadaptées pour détecter certains types d’attaques, notamment les attaques avancées (APT). Les EDR se basent donc sur d’autres méthodes de détection, les éditeurs proposant généralement une combinaison de techniques habituellement utilisées sur d’autres périmètres.

Parmi ces techniques, la détection d’exploitation de vulnérabilités connues ou de patterns d’attaque (ouverture de port suspects vers des adresses douteuses…), l’analyse de fichiers par une sandbox (émulation locale, soumission dans le Cloud…), et des approches comportementales basées sur du Machine Learning (en particulier les solutions UEBA, cf. partie dédiée) sont utilisées par bon nombre de solutions. Selon les besoins du SOC, les alertes remontées peuvent être intégrées comme sources du SIEM, ou disponibles directement depuis la console de management de la solution.

En plus de ces capacités de détection avancées, les solutions EDR apportent aussi un important gain en visibilité sur les terminaux : liste des processus et services lancés, liste de fichiers dans certains répertoires systèmes… et toute autre information permettant de faciliter l’investigation en cas d’alerte. Certaines solutions ne se limitent pas à récupérer l’état du terminal au moment de la demande, mais permettent aussi de récupérer son historique : génération de logs, récupération de fichiers supprimés…

Mais les fonctionnalités des EDR ne s’arrêtent pas aux étapes de détection et d’analyse. En effet, ces solutions permettent d’effectuer des actions de remédiation à distance, dont la complexité dépend des éditeurs : suppression ou mise en quarantaine de fichiers, arrêt de processus, mise en quarantaine réseau de postes, modification de clés de registre…

Les EDR sont donc des solutions très complètes intervenant à toutes les étapes du processus : de la détection, à l’analyse, jusqu’à la réaction. Elles n’ont cependant pas vocation à remplacer les solutions anti-virus, toujours plus efficaces pour bloquer les attaques connues ; même si l’on observe de plus en plus d’éditeurs proposant des solutions unissant les deux types de fonctionnalités.

Pour plus de détails sur les solutions EDR, vous pouvez consulter notre article dédié au sujet ici !

Exemples d’éditeurs EDR :

 

Protection des clés du royaume : supervision Active Directory

Les annuaires comptent parmi les composants les plus critiques du SI. En effet, ceux-ci fournissent les fonctionnalités d’authentification et d’habilitation pour la quasi-totalité des ressources du SI, aussi bien techniques que métiers, y compris les plus critiques. Il n’est donc pas étonnant que la compromission d’AD figure parmi les méthodes d’attaque les plus utilisées, car ouvrant de nombreuses portes aux attaquants.

Malgré cette criticité, et bien que les architectures AD soient bien connues et aient peu évolué depuis plusieurs années, leur sécurisation reste perfectible. Cela est en particulier dû à leur mode de fonctionnement spécifique (OU, domaines, arbres, forêts, utilisateurs…), rendant les moyens de protection et de surveillance classiques peu efficaces, en particulier lorsque toute vulnérabilité peut représenter un risque majeur pour le reste du SI.

Les solutions de surveillance AD visent à pallier ce problème en supervisant (en temps réel, ou lors d’audit) les spécificités des annuaires (configuration, état des comptes…), et en y détectant des vulnérabilités susceptibles de causer leur compromission. Pour cela, les solutions de supervision AD possèdent une connaissance très pointue du fonctionnement des AD, et tout particulièrement des enjeux de sécurité liés.

Lorsqu’une vulnérabilité est détectée, une alerte est remontée (par le biais du SIEM, ou directement dans la solution) et des conseils de remédiation peuvent être fournis afin de faciliter le travail des équipes en charge de la correction.

Les outils de supervision AD permettent par ailleurs au SOC de détecter toute modification de configuration (légitime, accidentelle ou malveillante) et de s’assurer en continu du niveau de sécurité de ces composants critiques, compliquant d’autant la tâche de nombreux attaquants.

En complément du renforcement direct du niveau de sécurité de l’AD, ces solutions peuvent aussi être utilisés pour s’assurer de la compliance vis-à-vis de normes ou de contraintes réglementaires (LPM, PCI DSS…).

Ces solutions restent assez peu répandues aujourd’hui, et leur utilisation généralement limitée à des audits ponctuels. Cependant, au vu des importants gains de sécurité associés (détection et conseils de remédiation) et de leur simplicité d’utilisation, ces solutions sont prometteuses et devraient réussir à se faire une place parmi les outils du SOC.

Exemples d’éditeurs de supervision AD :

 

Pour retrouver notre second article de la saga, c’est par ici.