Radar du RSSI (3/3) – Quelles tendances anticiper en 2020 et au-delà ?

Cyberrisk Management & Strategy

Publié le

Après avoir présenté le radar du RSSI 2020 et sa méthodologie de construction, les chantiers majeurs à lancer durant l’année ont été exposés. Il est temps désormais d’analyser les tendances pour l’avenir de la filière cybersécurité.

 

L’analyse de risque orientée sur la menace

Historiquement centrée sur l’identification et la protection des actifs les plus critiques des organisations, l’analyse de risque est en train de connaître une évolution importante en se recentrant sur la prise en compte des attaquants, de leurs moyens et de leurs motivations. Cette évolution permet une meilleure appropriation des résultats et une concrétisation plus claire des risques pour les métiers. En France, cette évolution se caractérise par la publication de la méthodologie EBIOS RM. Elle va requérir de mettre à jour les processus et de changer les habitudes pour en tirer pleinement partie.

 

La sécurisation des produits

Ce sera en particulier le cas dans le secteur manufacturier, du fait de la connexion d’objets existants (voitures, trains, électroménager, équipements industriels…) ou de la création de nouveaux objets connectés. Après l’apparition des filières dédiées à la sécurité des SI industriels pour protéger l’outil de production, les sentent le besoin de sécuriser les produits vendus à leurs clients.

Parfois car elles ont connu des attaques visant leurs produits, souvent car leurs clients exigent dans le cadre des appels d’offres un niveau de sécurité particulier voire une certification. L’initialisation d’une telle démarche passe par la création d’un nouveau poste, le « product security officer » dont le positionnement dans l’organigramme de l’organisation reste encore à stabiliser.

 

Le partage inter-communautés autour de la création de lieux Totem

Des projets sont en cours et devraient voir le jour en 2020 ou 2021, en France avec le CyberCampus, à New-York avec le projet CyberNYC ou encore au Royaume-Uni avec CyNam. Toutes ces initiatives visent à structurer l’écosystème public, privé, académique, et innovation afin de le faire foisonner et d’en tirer le meilleur parti.

 

Cloud, API, Gestion des identités : premières bases d’un modèle zero trust

Bien que la théorie ne soit pas nouvelle, le « Zéro-Trust » a le vent en poupe. Il vise à construire un modèle de sécurité permettant une approche de la sécurité sans frontière, s’appliquant à la fois sur les infrastructures de l’organisation mais aussi sur celles de ses fournisseurs et partenaires. Celle-ci s’appuie sur des standards permettant l’évaluation en temps-réel du niveau de sécurité et l’application de mesures adaptées au niveau de risque.

S’il ne pourra être mis en place avant plusieurs années, 2020 sera marqué par les premières études techniques sur le sujet. En effet, le modèle, théorisé depuis des années, peut maintenant être mis en œuvre grâce à des nouvelles solutions techniques. Même si tout n’est pas parfait, des renforcements peuvent être notamment envisagés sur les trois pans suivants :

  • Utilisation des fonctions de sécurité dans le cloud : aujourd’hui par faute de compétences et de connaissance, les accès cloud bénéficient rarement des fonctions de sécurité avancées, pourtant proposées par les offreurs majeurs du cloud.
  • Sécurisation des API : l’API-fication du SI nécessite d’embarquer by design les fonctions de sécurité dans les services exposés.
  • Montée en maturité de la gestion des identités : condition sine qua non de la mise en place d’un tel modèle, les organisations doivent franchir un niveau de maturité dans la maîtrise des identités, notamment celles de leurs clients.

 

L’enjeu société grandissant

Devant la crainte de plus en plus forte du grand public, l’évolution des postures offensives des états, la multiplication des actes cybercriminels, l’attention des régulateurs et des organismes de notation financière, la cybersécurité devient véritablement un critère d’évaluation de la performance sociétale de l’organisation.

Toutes ces évolutions poussent à une prise en compte à haut niveau de la cybersécurité dans la stratégie de l’organisation !

Le RSSI peut être un acteur déterminant dans ce domaine et valoriser les efforts réalisés, pas uniquement pour protéger son organisation mais la valoriser auprès de ses clients et de la société au sens large. Cela peut se concrétiser par la réalisation de séances de sensibilisation auprès des clients, par un appui opérationnel auprès de ses fournisseurs TPE/PME, par la participation à des initiatives nationales comme le mois de la sécurité. Toutes ces initiatives pourront ensuite être valorisées positivement dans la communication de l’organisation, en particulier pourquoi pas dans son rapport annuel.

L’analyse menée sur 260 rapports annuels à l’échelle internationale en 2019 [4] montre que les efforts de communication ont commencé mais qu’ils peuvent être encore améliorés.

 

La sécurité de l’intelligence artificielle

Les projets métiers se multiplient mais la mise en place de mesures de sécurité spécifiques au machine learning reste encore confidentielle. Les premières vulnérabilités sont pourtant clairement démontrées, que ce soit pour empoisonner une IA, lui soutirer des informations ou encore lui faire reconnaître certaines choses pour d’autres.

Pour éviter de construire un futur trop risqué, il va être important pour les filières SSI d’aller à la rencontre des équipes innovation, data science ou encore fraude, pour évoquer avec elles comment elles envisagent la résistance de leurs systèmes à une attaque cyber. Des solutions existent pour contrer ces vulnérabilités, des plus simples (liste blanche, liste noire…) aux plus complexes, en passant par l’utilisation de moteur d’IA détectant les tentatives de déviation des modèles.

 

Le confidential computing

Véritable graal de la cybersécurité, derrière ce terme se cache l’ensemble des technologies permettant d’exécuter des traitements dans des environnements non maîtrisés mais de manière sécurisée. La technologie la plus prometteuse restant le chiffrement homomorphique qui permet la réalisation de traitements directement sur des données chiffrées, sans avoir à les déchiffrer !

Moins ambitieux mais fonctionnant déjà aujourd’hui, l’utilisation d’enclaves sécurisées permet de réduire certains risques de fuite. De manière générale, ces solutions permettront de lever de nombreux freins dans les migrations vers le cloud. Le marché se structure avec la création récente du « Confidential Computing Consortium », des annonces récentes de Microsoft dans Azure ou encore l’arrivée de la startup française Cosmian.