Radar du RSSI (2/3) – Quels chantiers majeurs lancer en 2020 ?

Cyberrisk Management & Strategy

Publié le

Nous avons précédemment présenté le Radar du RSSI 2020 ainsi que sa méthodologie de construction. Issus des travaux du radar du RSSI, une sélection des chantiers majeurs a été identifiée. Ils sont évidemment à adapter en fonction de la maturité de votre organisation et de votre contexte.

 

Repenser sa gouvernance pour la rationaliser

Certes, le RSSI se doit de définir une stratégie cybersécurité claire et lisible lui permettant de cibler ses priorités voire de présenter une évaluation de leur efficacité. Le modèle de gouvernance actuel est-il performant ? Est-il adapté au contexte actuel et à venir ? Après plusieurs années d’investissements majeurs, comment optimiser les activités du quotidien (le run) SSI ?

Aujourd’hui, bon nombre de RSSI, ou leur hiérarchie, remettent en question les organisations cybersécurité en place. De nombreuses questions se posent notamment au sein des grands groupes où les rôles et responsabilités sont répartis entre plusieurs entités :

Comment gérer l’ensemble des entités et s’assurer que les actions sont déployées sur le terrain ? Quelle hiérarchie, quelle entité de rattachement (DSI, sureté, risque…) et quel reporting direct pour la cybersécurité au niveau du groupe ? Quelle démarche de contrôle instaurer en fonction des différents rattachements des équipes sécurité (en particulier dans le monde de la finance avec le concept de lignes de défense) ? Quel système d’information créer dans la filière cybersécurité pour rendre les actions lisibles et correctement suivies ?

Autant de questions qui militent pour une refonte de la gouvernance, parfois totale.

Par ailleurs, en 2020, l’agence nationale de cybersécurité française devrait publier une mise à jour de son référentiel de métier et de nombreuses organisations commencent à réfléchir à la structuration de filières RH spécifiques. Ceci permet d’organiser clairement les rôles et responsabilités, d’identifier les profils à recruter mais surtout à créer des parcours professionnels diversifiés et ainsi à attirer et retenir les meilleurs profils au sein de l’organisation.

 

Démontrer l’efficacité des actions

Aujourd’hui, démontrer l’efficacité des actions menées et des mesures de sécurité mises en place au travers d’indicateurs concrets de couverture des risques, impactants et compréhensibles par tous reste un défi pour le RSSI. Et pourtant, ces indicateurs sont cruciaux pour négocier les budgets !

La justification des engagements budgétaires réalisés (notamment dans certains secteurs comme la finance ou 2020 sera une année de rationalisation) est de plus en plus nécessaire.

Traiter le risque cyber sous le prisme financier, comme tous les autres risques de l’organisation, permettra de le rendre parlant pour les décideurs. Ainsi, la quantification des risques, même si elle est encore au stade embryonnaire, se développe au travers de nouvelles pistes. C’est notamment le cas avec la méthodologie développée par Christine Lagarde qui s’applique au secteur bancaire, la méthodologie FAIR.

Sur le marché, la startup Citalid propose une solution maillant méthodologie FAIR et threat intelligence, dans le but, à terme, d’industrialiser la quantification des risques au niveau de l’organisation. Plusieurs prérequis sont nécessaires à son utilisation (une cartographie des risques, un référentiel des mesures en place, des abaques de coûts, la mobilisation des métiers…) mais les résultats sont parlants pour mobiliser à haut niveau.

 

Industrialiser l’approche des sujets agiles

Sujet déjà mentionné dans notre radar du RSSI pour 2019 : les grandes organisations ont démarré, certaines à marche forcée, des migrations vers un fonctionnement agile à grande échelle.

Une première étape a été remplie pour beaucoup : l’intégration de la sécurité dans les projets agiles par le biais d’Evil User Stories, de formation des équipes à la sécurité, de mise en œuvre d’outils d’intégration continue et d’intégration de tests d’intrusion dans le cycle de développement.

Pour autant, très peu d’organisations ont véritablement pris le parti d’intégrer la cybersécurité au nouveau modèle opérationnel agile. Afin de franchir le pas, les équipes cybersécurité doivent revoir en profondeur leur modèle de fonctionnement pour s’adapter aux nouvelles méthodes de delivery et garantir un bon niveau de sécurité dans les produits. Cela implique de restructurer leur approche d’intégration de la sécurité en adoptant une démarche de réduction incrémentale du risque. L’objectif étant que les squad soient suffisamment matures et compétentes en matière de cybersécurité pour être autonomes dans leur gestion des risques.

Mais dans une période intermédiaire, la présence d’experts sécurité dans une posture de service et d’accompagnement est un facteur de réussite pour faciliter la prise en compte de la sécurité dans les cycles de développement agile et assurer une montée en compétences. Pour initier le modèle, il est judicieux de le tester sur quelques pilotes afin de l’adapter, si nécessaire, avant de le généraliser au sein de l’organisation.

 

Internationaliser et rationaliser son approche sur la réglementation

Les règlementations (RGPD / CCPA, les règlementations sectorielles, mais aussi en particulier la directive NIS en 2020) s’appliquent de manière hétérogène entre les différentes entités d’un groupe. Avoir une vision unifiée de ses obligations reste un graal notamment pour les groupes internationaux.

Un travail important de prise de recul, de comparaison et de coordination doit être mené afin d’optimiser et réduire les coûts de mise en conformité, et afin de la rendre pérenne sans trop d’efforts.

Pour faciliter ce travail, il est préconisé de créer un poste de coordinateur régulation : il viendra cartographier les différentes règlementations qui s’appliquent à son organisation et à ses filiales à l’échelle globale (pour NIS, il anticipera une potentielle future nomination en fonction de l’approche de chaque pays), il définira une stratégie de mise en conformité en fonction du niveau d’imbrication et de maillage du SI global de l’organisation avec celui de ses entités internationales (mise en conformité par SI / par état ou mise en conformité globale), il viendra ensuite assister dans la construction d’une roadmap globale de mise en conformité (synthèse des écarts vis-à-vis des règlementations, définition d’une cible d’applicabilité, structuration des travaux et mise en cohérence).

Et surtout, il jouera le rôle d’expert dans les échanges avec les régulateurs lors des contrôles et sa pertinence pourra également lui permettre d’entrer en discussion avec eux pour faire évoluer les exigences de manière rationnelle et efficace.

 

Mobilier sur la cyber-résilience, au-delà de la filière cybersécurité

La démultiplication des attaques cyber en 2019 a continué à assoir la prise de conscience des directions générales sur le sujet de la cybersécurité. Cette prise de conscience salutaire a initié une vague de projets de cyber-résilience en 2019 qui sera amenée à se prolonger en 2020.

Cependant, viser à être cyber-résilient dans l’absolu n’est pas nécessairement efficace. Il est important de cibler les chaînes métiers critiques et d’évaluer leur sécurisation au regard d’attaques bien identifiées. Pour ce faire, la mobilisation devra être plus large que les équipes cybersécurité : les fonctions liées à la continuité d’activité, les métiers ou encore la direction générale de l’organisation sont des acteurs essentiels au succès de cette démarche.

Le RSSI devra intervenir sur des sujets clés comme la sélection des attaquants qui seraient le plus probablement amenés à cibler l’organisation (sur la base des secteurs dans lesquels ils sévissent, de leurs motivations, de leur niveau de technicité, etc. – par exemple FIN6 pour les ransomwares, Cobalt group’s pour la fraude, DeepPanda pour le vol de données, etc.) et l’adaptation concrète de la stratégie de protection et de détection.

Cette approche peut s’appuyer de manière efficace sur le référentiel MITRE ATT&CK qui permet de cartographier les chemins d’attaques utilisés par les attaquants sélectionnés, challenger les mesures de sécurisation en place, et identifier des potentiels trous dans la raquette.

Deux point clés que tout le marché prendra en compte l’an prochain :

  • La sauvegarde des sauvegardes : quasiment toutes les organisations victimes d’attaque cyber ont été confrontées au même problème : les systèmes de sauvegardes étaient touchés et leur remise en état a entraîné de nombreux jours de cessation d’activité. La sauvegarde du système de sauvegarde a été oubliée.
  • Le durcissement de l’Active Directory : cible majeure des attaques que nous avons traitées sur 2019, l’active directory doit voir ses fondamentaux repensés et de nombreux projets de reconstruction dans les règles de l’art et de surveillance ad-hoc sont planifiés ou devront l’être en 2020.

Parallèlement à cela, l’entraînement des équipes est plus que jamais nécessaire. Les exercices de crise vont continuer de se complexifier afin d’exercer les équipes au plus proche de la réalité.

Certains réfléchissent à les combiner avec une approche cyber range, permettant de simuler réellement une crise technique sur une infrastructure temporaire dupliquant les systèmes et les données de l’organisation en vase clos pour y jouer des attaques et s’entrainer à les défendre.

 

Gestion des vulnérabilités : industrialiser pour démultiplier

Le décalage entre le volume de vulnérabilités identifiées (via des scanners automatisés, audits, pentests, etc.) et leur traitement (pour la plupart artisanal) est devenu un point de souffrance majeur et présente ainsi de risque pour la filière. Les rapports s’empilent mais la situation ne s’améliore pas : encore 57% des 250 sites webs audités par Wavestone en 2019 présentent une faille majeure, un chiffre stable sur les 3 dernières années.

Pour en sortir, il y aura un véritable besoin en 2020 d’uniformiser et d’apporter de la cohérence entre ces différentes sources de vulnérabilités, les agréger entre elles pour consolider une liste d’actions claire à mener et ainsi les prioriser, identifier les porteurs, traiter les actions puis les retester. Pour passer à l’échelle, un outillage sera nécessaire, les plateformes de GRC classiques peuvent y répondre mais des solutions plus adaptées sont en passe de voir le jour, comme par exemple celle de la startup Hackuity

 

SOC & Fusion Center : intégrer davantage l’étude de la menace

Sur les 40 incidents majeurs gérés par le CERT-Wavestone l’année dernière, seulement 26% des incidents de sécurité ont été identifiés par le service de détection cyber de l’organisation (le SOC dans la plupart des cas).

Dans 44% des cas, ce sont les collaborateurs qui ont alerté directement, souvent trop tard. Ces chiffres et les différents retours marché que nous observons témoignent du besoin de montée en maturité des SOC. Ainsi, plus qu’une tendance forte pour 2020, élever le niveau de jeu des SOC en intégrant davantage l’étude de la menace et une meilleure automatisation est absolument nécessaire.

Pour les plus matures, il conviendra de prendre du recul sur la chaîne cybersécurité pour apporter du liant entre la détection et les autres maillons de la chaîne : l’évaluation (via une red team par exemple), l’exercice de crise et la réponse à incident. Par exemple, monter une « purple team », combinant des équipes d’attaque (red) et de défense (blue), permettra de stimuler un SOC et de le faire progresser sur des cas très concrets en exercice de crise.

Le SOC pourra également muter pour devenir un lieu unique de surveillance sécurité de l’organisation : le Fusion Center, que les plus en avance commencent à construire, en y intégrant les logiques de lutte contre la fraude, de sécurité physique ou encore d’analyse de la menace.

 

Extended Company & Third Party Management

La grande majorité des autorités cyber dans le monde considère les attaques indirectes comme l’une des grandes tendances en matière de menace. Aussi, parce que la compromission d’un seul intermédiaire peut parfois suffire à pénétrer le SI de plusieurs organisations, le retour sur investissement pour l’attaquant est démultiplié, et ainsi, ce type d’attaque sera certainement encore en hausse pour l’année à venir.

Du côté des organisations, la gestion de son écosystème reste sujet complexe à traiter à la vue du nombre de tiers, de leur maillage, et du manque de visibilité sur le SI au global. Jusqu’à aujourd’hui, la gestion des tiers se fait souvent via l’envoi de PAS (Plan d’Assurance Sécurité) et la mise à jour des contrats mais cela consomme beaucoup de ressources au sein des organisations et est trop souvent inefficace (65% des organisations déclarent que leur processus ne sont pas efficaces d’après une étude Ponemon de 2019).

Le grand enjeu pour l’année 2020 sera de professionnaliser l’approche. Ainsi, les solutions de gestion de tiers comme celle de CyberGRX, Risk Ledger ou encore CyberVadis proposent d’industrialiser l’approche. Si elles ne vont certainement pas assez loin pour les tiers les plus critiques, leur approche est pertinente pour une grande majorité d’entre eux. En complément, des solutions émergent afin de vérifier le niveau de sécurité des logiciels fournis par des tiers.

C’est notamment le cas de la solution de la startup Moabi qui propose de vérifier le niveau de sécurité réellement implémenté dans les solutions des logiciels embarqués, les véhicules connectés et l’IoT. Enfin, même s’il est imparfait (car basé sur l’analyse de paramètres externes : sécurité du DNS, configuration du site web, etc.), l’usage d’agence de notation cyber va continuer à se renforcer. Il convient pour le RSSI de mettre de la cohérence dans l’ensemble de ce dispositif pour avoir une vision consolidée de son niveau de risque, et ensuite de pouvoir travailler main dans la main avec les principaux acteurs. Et pour les plus faibles, probablement les accompagner dans la montée en compétences.

A noter que même les fournisseurs de services et de solution sécurité sont concernés par ces mouvements. Le dynamisme du marché (création de nombreuses start-ups dans le domaine, de nombreux rachats ou partenariats, notamment par des entreprises Américaines ou Israéliennes…) peut remettre en cause rapidement certaines orientations et décisions.

Le dernier article de la série sera l’occasion de présenter les tendances d’avenir de la filière cybersécurité.